BFM Business

De l’urgence d’accélérer la digitalisation RH

[CONTENU PARTENAIRE] La crise sanitaire a accéléré le besoin de digitalisation. Les ressources humaines n’y échappent pas. UKG (Ultimate Kronos Group) propose d’ailleurs des solutions de gestion des effectifs et des RH. Nous avons parlé des enjeux de la digitalisation RH avec Philippe Raynaud, Country Manager Western Europe chez UKG. Selon lui, le contexte actuel nous place au début d’un nouveau contrat social, où chacun est invité à créer un mode de travail différent, et à développer d’autres liens entre collaborateurs et managers.

Pouvez-vous présenter UKG ?

UKG est la fusion des entreprises PeopleDoc/Ultimate Sofware et Kronos®. Ces trois leaders des solutions RH étaient fortement présents sur le continent nord-américain. Ultimate Sofware était un payroll provider (fournisseur de paie), doté d’outils liés à la santé ou aux bénéfices. PeopleDoc gérait la partie digitale. Quant à la société Kronos®, elle était davantage orientée workforce management (gestion des effectifs) et s’occupait notamment de la planification, ou de la gestion des temps et des activités (GTA).

Où en est-on avec la digitalisation RH en France ?

Elle est timide ! Seulement 5 % à 10 % des entreprises françaises ont choisi de digitaliser ce secteur, et ce sans compter les micro-entreprises. Il est possible que de nombreuses entreprises aient déjà digitalisé un processus, mais nous sommes encore loin d’un service RH sans aucun papier. Or, une société récente ou s’apprêtant à se lancer a tout intérêt à opter pour des outils digitaux.

Qu’apporte le digital à ce domaine ?

Traditionnellement, le bulletin de paie était distribué en entreprise, ou imprimé puis envoyé par La Poste. Il s’agit du premier processus que nous avons digitalisé ! Dès que la paie est versée, le bulletin est envoyé dans le coffre-fort électronique du salarié. Nous avons également digitalisé la signature des contrats, ainsi que le dossier collaborateur et la gestion des demandes collaborateurs.

Le premier confinement de 2020 a démontré la nécessité de digitaliser ces processus. La digitalisation RH amène productivité, mais aussi rapidité d’accès aux informations pour toutes les parties concernées. Si ledit contrat concerne un CDD, il doit être signé dans les 48 heures pour ne pas être requalifié. Ainsi, la digitalisation RH évite toute prise de risque.

Les enjeux sont également très forts dès l’embauche d’un salarié. Auparavant, le nouveau venu passait toute une matinée dans le bureau du personnel afin de remplir ou de compléter des documents. Aujourd’hui, tout futur collaborateur reçoit toutes les informations nécessaires. C’est un réel atout lorsque l’équipe RH ou les autres collaborateurs ne peuvent pas se rendre au bureau, comme ce fut le cas lors de la crise sanitaire.

Comment envisagez-vous le rôle des ressources humaines ?

Le challenge des RH est avant tout de s’occuper des individus, de leur carrière, de leur formation, de leur évolution et de leur bien-être en entreprise. Ce n’est pas une nouveauté, mais ce besoin d’accompagnement s’accélère au regard de la société.

Le monde de l’emploi se transforme. Il y a 30 ans, quelqu’un entrait en entreprise pour y occuper le même poste jusqu’à la fin de sa carrière, mais ce n’est plus le cas. Les salariés ont maintenant besoin d’évoluer, de changer d’environnement de travail, de profession. Ils seront aussi amenés à occuper des postes qui n’existent pas encore aujourd’hui !

Par ailleurs, je considère que l’entreprise ne doit pas être qu’un lieu de travail. Elle peut également être l’occasion de s’exprimer de façon plus large, en accompagnant des démarches RSE, ou en laissant du temps libre aux collaborateurs. Cette tendance se retrouve notamment auprès des startups, où les salariés sont invités à s’épanouir dans d’autres domaines. À mon sens, le rôle du RH tend à répondre à ces nouveaux besoins.

Ce contenu a été réalisé avec SCRIBEO. La rédaction de BFMBUSINESS n'a pas participé à la réalisation de ce contenu.

En partenariat avec SCRIBEO