BFM Business
Décryptage
Partenaire

Une messagerie bancaire nous explique les enjeux du Swift

[CONTENU PARTENAIRE] BM Software est un éditeur de logiciels spécialisé dans le domaine bancaire. Créé en 2005, ce partenaire Swift est situé à Nice, Bordeaux et Monaco. Dans cet article, Nicolas Bellino, DSI de BM Software, revient sur la définition, les particularités et les enjeux des messages Swift.

Qu’est-ce que le réseau Swift ?

Swift est le réseau de communication le plus utilisé entre les banques et les établissements financiers. Ces messages Swift sont relatifs à des transactions financières. Complexes et techniques, ils doivent aussi être interprétés à leur réception. Chaque société qui souhaite passer par le réseau Swift a donc un choix à faire : développer ce savoir-faire et la configuration du connecteur Swift en interne, ou bien s’appuyer sur un fournisseur externe.

Plusieurs outils sont mis à disposition par Swift, mais ils sont surtout destinés aux très grandes structures, ou à celles qui gèrent leurs messages manuellement. Pour les autres, Swift met en avant les travaux de sociétés tierces telles que BM Software, celles dont les produits s’interfacent avec le système d’information de l’entreprise. Nous leur permettons de produire des messages Swift à partir de leurs données, et nous traduisons les messages Swift reçus en données sur lesquelles elles peuvent travailler.

Pouvez-vous nous en dire plus sur BM Software ?

Notre mission est de permettre à des sociétés d’utiliser des réseaux comme le Swift. Il est celui sur lequel nous avons le plus de savoir-faire. Toutefois, nous travaillons également sur d’autres réseaux, comme le protocole FIX, dédié aux échanges d’informations relatifs aux transactions boursières.

Nous avons toujours fourni de la technique. L’objectif de BM Software est uniquement d’aider les banques et les établissements financiers à faire du Swift. Avec ce rôle d’intermédiaire, nous proposons des outils qui exploitent ce transfert de données. Si une entreprise transfère des messages de paiement, nous lui permettons de suivre au plus près les entrées et les sorties de son système par le biais de Swift. Si nos clients travaillent dans la bourse, alors ils peuvent suivre leur portefeuille boursier à travers les échanges passés sur Swift.

Notre logiciel n’a pas vocation à remplacer tous les outils de nos clients. En revanche, il vient compléter les éventuels manquements de ces outils. BM Software se veut discret et automatique. Une fois installé chez nos clients, il interagit le moins possible avec leur système, et il sait s’adapter aux formats de données spécifiques.

Comment accompagnez-vous les banques et établissements financiers ?

Comme nous l’avons dit plus haut, nous nous adressons par exemple aux entreprises qui souhaitent faire du Swift. Une fois abonnées à Swift, elles disposent d’un connecteur pour échanger des messages sur le réseau. Néanmoins, l’interface web qui leur est fournie est assez compliquée à utiliser… C’est là que nous intervenons. Dès qu’ils souhaitent réaliser un paiement, notre solution logicielle adaptée vient récupérer de la donnée depuis la base de données de l’entreprise.

Cet export est transformé en message Swift, qui est ensuite déposé sur leur connecteur Swift. Les entreprises n’ont rien à faire, si ce n’est exporter les données correspondant à l’opération souhaitée. À partir de là, d’autres modules métiers ou techniques peuvent être ajoutés pour simplifier au maximum le quotidien de nos clients et améliorer leur productivité. Notre objectif est bien d’automatiser le plus de tâches manuelles possible, en toute transparence pour le client.

Observez-vous des changements particuliers dans votre secteur d’activité ?

Il y a en effet deux changements majeurs. Le premier concerne la volonté de Swift de simplifier les paiements à l’international, qu’il s’agisse de petits paiements de particuliers ou de gros paiements d’entreprises et autres multinationales. Il passe par trois aspects :

  • Un aspect protocolaire : il repose sur un travail avec les divers établissements pour fiabiliser les messages Swift, tout en luttant contre les risques de fraude ou de blanchiment d’argent ;
  • Un aspect matériel : pour que les messages puissent circuler, un réseau et des serveurs sont nécessaires. Ils doivent aussi être répartis entre les banques et les différents établissements financiers ;
  • Un aspect logiciel : un exemple parlant est l’arrivée des cryptomonnaies, qui n’étaient pas prévues dans les messages Swift. Il a donc fallu réadapter ces messages pour inclure des champs associés aux cryptomonnaies. Concernant les paiements internationaux et transfrontaliers, des champs ont également dû être rajoutés pour rendre les messages Swift plus précis et automatiques. De nombreuses informations nécessaires pour valider le paiement le plus vite possible.

S’assurer du contenu du paiement est l’une des plus grandes difficultés des paiements à l’international. Il faut en vérifier la légalité, les éventuels frais de douane, s’il s’agit d’un paiement régulier, déclaré, connu… Autant d’informations à renseigner rapidement pour éviter que l’argent ne reste en transit entre deux établissements trop longtemps. De son côté, BM Software permet donc à ses clients d’exploiter ces nouveaux champs lors des différentes étapes de validation.

Et quel est le second changement ?

Il est d’ordre pratique. Pendant longtemps, Swift a utilisé un standard de message, l’ISO 15022. Ce type de message était pensé pour être le plus compact possible, car au début des années 2000, les bandes passantes étaient limitées. Peu à peu, ces bandes passantes s’étendant, de nouveaux standards ont vu le jour (en particulier la norme ISO 20022, régissant l’échange informatisé de données entre les institutions financières), sans être obligatoires pour autant.

Ils sont en train de le devenir pour fiabiliser tous les paiements. D’ailleurs, s’il est possible aujourd’hui de réaliser un virement instantané depuis sa banque, c’est en pratique grâce à ces champs dans les messages Swift, pour les établissements utilisant Swift comme solution de paiement.

Quels sont les prochains défis qui vous attendent ?

Plusieurs chantiers sont en cours, dont la migration dont nous avons parlé sur les paiements transfrontaliers. Elle concerne déjà plusieurs de nos clients, et nous travaillons en amont avec eux sur ce sujet depuis quelque temps. Ce chantier va s’étendre sur trois ans : il devait démarrer en novembre 2022, mais le grand lancement se fera finalement en mars 2023, pour se terminer en novembre 2025. En parallèle, nous avons des raisons de supposer très fortement que le même changement est en cours pour les messages de titre, c’est-à-dire pour les opérations en bourse.

Un autre défi, qui concerne directement BM Software cette fois, c’est le développement de produits Cloud, complémentaires de notre logiciel. Pour des questions de fiabilisation de la donnée et de problématiques liées au Cloud Act, nous allons très certainement nous orienter vers Monaco Cloud, qui est le seul fournisseur de Cloud souverain européen.

Enfin, à plus long terme, nous avons pour projet de faire grandir BM Software, nous en conservant notre proximité avec nos clients. Elle nous permet d’intervenir très finement auprès de chaque entreprise.

Ce contenu a été réalisé avec SCRIBEO. La rédaction de BFMBUSINESS n'a pas participé à la réalisation de ce contenu.

En partenariat avec SCRIBEO