BFM Business
Décryptage

Les solutions technologiques en métallurgie en pleine diversification

[CONTENU PARTENAIRE] Le milieu de la métallurgie, comme beaucoup d’autres, a subi une transformation rapide durant la crise du Covid. Une nécessité d’évoluer qui s’accompagne d’enjeux pré-existants, comme nous l’explique Olivier Nicolle, président de Texpart Technologies.

Quelle est l’offre proposée par Texpart Technologies ?

Nous produisons des pièces mécaniques sur plan client. Notre équipe d’ingénieurs travaille le plus en amont possible avec nos clients qui conçoivent un produit fini, et nous les aidons à penser industrialisation de leur pièce. Nous voyons avec eux les aménagements à prendre en considération pour qu’en vie série, ils soient le plus optimisés possible dans le ratio coût/technique. Et derrière, nous livrons les pièces pendant toute la durée de vie du produit.

Nous sommes spécialisés dans quatre technologies : l’extrusion aluminium de précision, le matriçage aluminium de précision, l’injection de métal, les micro-tubes et la découpe laser de micro-tubes. Nous savons livrer des pièces pouvant nécessiter jusqu’à dix étapes de fabrication, qui peuvent être dans dix ateliers différents. Nous avons certains sites de production chez nous, mais aussi beaucoup de partenaires sous-traitants et nous coordonnons tout.

Comment a évolué le marché depuis la crise du Covid ?

Les projets clients ont été un peu bouleversés. Ça a forcé tout le monde à se diversifier très vite. Nous étions beaucoup sur l’aéronautique qui a été très touchée. Nous nous sommes développés dans le secteur médical, dans l’énergie, mais aussi dans des projets pour des machines à café ou des machines liées au vin, la mécanique est partout !

Qui dit développement très rapide dit aussi que nous avons peu de recul sur les projets que nous venons de démarrer. Mais c’est positif, car nous gagnons en agilité. Si nous développons ces nouveaux marchés, c’est pour longtemps : nous visons une croissance pérenne via des projets sur le long terme. Et nous n'abandonnerons pas la partie aéronautique, qui redémarre. Tout ça s’additionne et nous permet de continuer à croître.

Quels sont les enjeux auxquels fait face votre secteur ?

Depuis longtemps, nous avons une pénurie de compétences dans tous nos métiers techniques, nous avons du mal à trouver des techniciens compétents ou motivés à le devenir.

Le deuxième défi, c’est l’automatisation, puisque le nerf de la guerre reste le prix de nos pièces, on nous demande d’être toujours plus compétitif. Après, nous ne pouvons pas tout automatiser car nous restons sous-traitant, et nous devons pouvoir répondre rapidement à des changements de programme. Nous devons être performants et agiles.

Comment votre entreprise se différencie-t-elle sur le marché ?

Nous nous démarquons en apportant des solutions techniques et une forte connaissance du tissu mécanique. Nous privilégions tout ce qui est made in France par fierté de fabriquer en France et pour la facilité d’interactions. Quand nous ne faisons pas en France ce n’est pas pour des raisons de coûts, mais parce que certaines technologies sont mieux maîtrisées ailleurs.

Nous avons en cours un gros plan d’investissement sur notre site de Romorantin, qui nous permet de relocaliser certaines productions qui étaient faites à l’étranger.

Ce contenu a été réalisé avec SCRIBEO. La rédaction de BFMBUSINESS n'a pas participé à la réalisation de ce contenu.

En partenariat avec SCRIBEO