BFM Business

Quel serait l'impact économique d'un reconfinement en Ile-de-France?

Un confinement de l'Ile-de-France n'est pas exclu

Un confinement de l'Ile-de-France n'est pas exclu - Eric Feferberg © 2019 AFP

La première région économique du pays, qui produit un tiers du PIB national, avait particulièrement souffert lors des précédents confinements.

La situation se tend en Ile-de-France. La région est confrontée à des chiffres inquiétants dans les services de réanimation. Et si le gouvernement a annoncé le confinement, pour le weekend, du Pas-de-Calais et de la région niçoise, il s'est encore abstenu de verrouiller l'Ile-de-France. Mais cela pourrait changer : "Il n'y a pas deux poids, deux mesures entre Paris d'un côté, Nice et Dunkerque de l'autre; s'il le faut nous reconfinerons l'Ile-de-France" affirme à BFMTV un proche d'Olivier Véran. "Un confinement du week-end ou même un confinement total, rien n'est exclu", explique même un membre de l'exécutif.

En réalité, Si le gouvernement n'a pas encore tranché, c'est parce qu'il craint les dégâts psychologiques d'un confinement sur la population Mais, l'enjeu est aussi économique. L'Ile-de-France ne représente que 2% du territoire mais la région produit 30% du PIB national.

Forcément, un reconfinement de la région aurait un fort impact économique sur le plan national, d'autant que la région a particulièrement souffert en 2020. L'évènementiel, l'hôtellerie, le transport aérien, le tourisme… autant de secteurs majeurs pour la région et toujours à l'arrêt, un an après le début de la crise sanitaire. "L’économie francilienne a perdu plus de 95.000 emplois privés comparativement à fin 2019," explique la dernière note de conjoncture de la chambre de commerce et d’industrie (CCI) d'Ile-de-France.

Alors quelles seraient les conséquences d'un nouveau confinement sur l'activité francilienne ? Tout dépendrait de la nature du confinement. Difficile d'imaginer un verrouillage total à l'image du printemps 2020, lorsque le pays était totalement à l'arrêt. Pour l'Ile-de-France, la diminution de l'activité a été redoutable (entre -32% et -36% selon les estimations). Un tel confinement serait dévastateur pour la région, et le pays, tant l'Ile-de-France joue les locomotives économiques.

Probablement, l'exécutif choisirait plutôt un confinement comme celui imposé en novembre dernier, où la circulation des personnes était autorisée pour travailler. L'impact sur l'activité avait été moindre, de l'ordre de -12%. Mais à l'époque, le second confinement avait aussi entraîné la fermeture des restaurants. Ces derniers ayant toujours leurs portes closes, un nouveau confinement serait donc mécaniquement un peu moins lourd pour l'économie.

Ne pas casser la dynamique

S'il est difficile de faire des prédictions précises, une telle décision de l'exécutif risque surtout de casser la reprise. Ces derniers jours, Bercy se montrait d'ailleurs optimistes pour atteindre une croissance nationale de 6% en 2021. "L'économie française va surprendre la zone euro et le reste de l'Europe par sa capacité de rebond d'ici la fin de l'année 2021", assure même Bruno Le Maire.

La reprise fulgurante constatée au 3ème trimestre 2020, à la sortie du déconfinement, avait montré la solidité de l'économie française. En Ile-de-France, l'activité affiche aussi une belle dynamique. "Il y a 90% de l'activité qui fonctionne bien", expliquait fin janvier Didier Kling, président de la chambre de commerce et d'industrie (CCI) de Paris Ile-de-France, sur BFM Business. L'enjeu est donc de ne pas casser cette dynamique.

Thomas Leroy Journaliste BFM Business