BFM Eco

Que peut dire Carlos Ghosn lors de sa conférence de presse?

Depuis le Liban, où il peut s'exprimer publiquement, l'ex patron de Renault-Nissan-Mitsubishi prendra la parole ce mercredi lors d'une conférence de presse. Carlos Ghosn, qui a fui le Japon la semaine dernière, aurait prévu de se défendre en apportant des documents et des preuves de son innocence.

Alors qu'il ne s'est pas exprimé publiquement depuis avril dernier, Carlos Ghosn va prendre la parole ce mercredi 7 janvier devant une centaine de journalistes pour une conférence de presse très attendue. 

Plus d'une semaine après sa rocambolesque fuite du Japon, l'ex-patron de l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi doit prendre la parole à 14h heure française (15h à Beyrouth) depuis le syndicat de la presse de Beyrouth. Il tiendra d’abord un propos liminaire de 30 minutes environ, en anglais, au cours duquel il va s'expliquer sur les accusations qui sont portées contre lui. Carlos Ghosn n'a pas prévu de s'asseoir à un pupitre, mais d'être au milieu des journalistes venus du monde entier. Il enchaînera ensuite sur une longue session de questions-réponses en français ou en anglais, d’environ 1h30.

Carlos Ghosn a prévu de se défendre, par l'attaque. Que ce soit sur le fond de son dossier, et de ce qui lui est reproché, que sur la forme qu'a pris sa détention à Tokyo, puis les conditions de son assignation à résidence.

Des documents et des preuves prouvant ses dires

Selon nos informations, il aurait décidé demain de citer nommément les personnes qui l’auraient dénoncé auprès de la justice, à tort selon l'ex-patron qui se dit innocent depuis son arrestation. Certaines de ces personnes feraient d'ailleurs partie du gouvernement japonais. Il veut également révéler aux journalistes des documents et preuves prouvant ses dires. 

Par contre, il n’aurait pas prévu de donner beaucoup de détails sur sa fuite rocambolesque pour échapper à la justice japonaise. Selon nos informations, Carlos Ghosn aurait mûri son projet de longue date. Il aurait été aidé par deux hommes, Mickael Taylor, un ancien Béret vert des forces spéciales américaines, désormais actif dans la sécurité privée, et George Antoine Zayek, qui travaille lui aussi dans la sécurité. Ces deux hommes auraient réalisés une vingtaine de visites au Japon ces derniers mois pour organiser la fuite et auraient reçu plusieurs millions d’euros pour l’organisation de cette évasion où rien n’a été laissé au hasard.

Clémence Dibout, Gaëtane Meslin avec Anne-Katell Mousset