BFM Business

Création d’entreprise : les points à étudier pour assurer la viabilité économique

-

- - -

Avant de se lancer dans la création juridique, tous les porteurs de projet doivent vérifier la viabilité économique de leur projet d’entreprise. Il faut notamment étudier la demande, fixer les prix et faire des projections financières pour vérifier la pertinence de l’offre. Cette étude préalable prend la forme d’un plan d’affaires - business plan - et conditionne la réussite du lancement d’activité.

Il est inutile d’avoir la meilleure idée du monde si aucun client n’est susceptible d’acheter votre produit ou votre service ! L’une des premières choses à faire dans le cadre d’une création d’entreprise est l’analyse de la demande ainsi que l’étude de l’environnement économique et juridique dans lequel se situe votre marché. Aussi appelée « étude de marché », ce travail vise à comprendre en détail le segment ciblé, sa réglementation, les besoins actuels des consommateurs ainsi que le profil de la concurrence et leur choix en matière de positionnement produit. In fine, une étude de marché permet de vérifier si votre offre répond à un réel besoin. Si ce travail d’analyse conclut à une absence de demande ou qu’elle fait ressortir un environnement totalement défavorable à votre affaire, votre projet d’entreprise n’est sans doute pas viable.

Une fois l’étude de marché terminée, l’entrepreneur a toutes les informations nécessaires pour déterminer son offre. Que faut-il proposer pour répondre aux besoins des consommateurs et gagner rapidement de nombreux clients ? À ce stade, il s’agit de définir la stratégie commerciale et marketing de l’entreprise en choisissant son positionnement. Plusieurs options peuvent être envisagées : un positionnement haut de gamme avec des produits ou services de luxe, une stratégie agressive avec des biens très accessibles, une stratégie de pénétration avec une offre particulièrement attractive, etc. Une définition complète de l’offre passe également par un choix s’agissant du canal de distribution.

Ce travail de « détermination de l’offre » va de pair avec la mise en place du modèle économique qui vise à expliquer la façon dont l’entreprise compte s’y prendre pour gagner de l’argent. Le modèle économique est absolument primordial et sera attentivement regardé par les banquiers, investisseurs et autres financeurs, puisqu’il conditionne la capacité de l’affaire à générer des revenus et donc du profit. Il s’agit de la pierre angulaire du plan d’affaire et doit nécessairement générer de la rentabilité sans quoi le projet ne saurait être viable. L’entrepreneur doit donc vérifier la pertinence de son schéma économique et travailler notamment à la fixation des prix.

Une fois l’environnement étudié, le positionnement déterminé et le modèle économique défini, l’entrepreneur doit réaliser des projections financières pour vérifier définitivement la pertinence de son projet de création. En règle générale, les pièces comptables prévisionnelles présentes dans le plan d’affaire sont au nombre de trois : un bilan, un compte de résultat ainsi qu’un plan de financement. Le compte de résultat prévisionnel est sans aucun doute le document le plus important puisqu’il met en exergue les prévisions s’agissant du chiffre d’affaires ainsi que celles concernant les charges. Il est possible de compléter cette partie financière par toute une série de documents ou d’indicateurs tels que le besoin en fonds de roulement, le détail de certains postes ou certaines charges, etc.

Le prévisionnel permet de matérialiser ce que doit faire l’entreprise pour être viable sur le long terme. Plusieurs organismes peuvent aider le porteur d’affaires à établir des projections fiables.

Cet article n'a pas été rédigé par les journalistes de BFM Business

Contenu rédigé par notre partenaire CessionPME