BFM Business

 Comment investir dans l'immobilier commercial ?

-

- - -

L’immobilier commercial est réputé plus rentable et plus sûr que l’immobilier d’habitation. Ces placements historiquement laissés aux professionnels s’ouvrent davantage aux particuliers. Achat direct ou participation dans une SCPI ? Voici deux grandes façons d’investir dans ces biens dédiés aux professionnels.

Acheter les murs d’un restaurant, d’une boutique ou d’un salon de coiffure n’est plus le privilège des professionnels ou des fonds d‘investissement. Avec des rendements annuels qui oscillent entre 4% et 10% et de jolies perspectives de plus-value, les particuliers sont de plus en plus nombreux à se tourner vers ce type de placement. De l’achat en direct réputé coûteux à la gestion déléguée bien moins coûteuse, il y en a pour tous les goûts.

Parmi les critères les plus importants pour sélectionner le bien idéal : l’emplacement géographique ! Qu’il s’agisse d’un bureau dédié à une profession libérale, d’un local commercial qui a vocation à accueillir du public ou d’un restaurant, un bon emplacement est la condition sine qua non pour louer votre bien facilement et attirer de multiples candidats. Il est conseillé de cibler les centres urbains facilement accessibles, proches d’une ou plusieurs habitations et situés non loin des zones commerciales et de boutiques en tous genres. L’attractivité d’un local commence par l’attractivité du quartier et la qualité de son environnement. Attention néanmoins ! Un établissement situé dans un coin très prisé sera nettement plus cher. De fait, la rentabilité peut s’en trouver impactée. Et s’il est possible d’acheter un local commercial en nom propre, les investisseurs particuliers optent régulièrement pour la création d’une société civile immobilière (SCI) avec des associés ou des proches afin d’alléger la fiscalité et de favoriser la transmission du patrimoine.

Une fois le local acheté, il faut établir un bail avec le locataire. Les baux commerciaux se substituent aux contrats de location qui sont en vigueur pour les biens d’habitation. Ces contrats régissent la relation entre le propriétaire du bien et le professionnel qui y exerce son activité. Ils peuvent être négociés selon les souhaits des parties sachant que leur durée s’étale souvent sur une période de 9 ans à l’exception des baux précaires. Cette longue durée est un gage particulièrement intéressant pour le bailleur puisque cela diminue fortement les vacances locatives. S’agissant du loyer, le propriétaire est libre d’en fixer le montant puisqu’aucune règle n’est fixée par la loi. Bien entendu, il faudra étudier les prix pratiqués dans les locaux environnants pour ne pas proposer un bien dont le loyer serait totalement prohibitif.

Si vous souhaitez investir dans un bien commercial sans devoir en assurer la gestion, plusieurs SCPI se sont spécialisées dans les murs commerciaux et l’immobilier de bureau ces dernières années. Ces sociétés civiles de placement immobilier sont gérées par des professionnels et permettent notamment d’accéder à des actifs immobiliers sans devoir débourser des sommes considérables. Attention ! Les gestionnaires prélèvent des frais de gestion, ce qui empiète sur la rentabilité de l’investissement. Les SCPI sont très nombreuses, il suffira d’étudier leur profil et de choisir celle qui vous convient e mieux. Les investissements dans les SCPI sont réputés solides et durables et ils offrent des rendements annuels qui se situent entre 4 et 6% du montant investi.

Cet article n'a pas été rédigé par les journalistes de BFM Business

Contenu rédigé par notre partenaire CessionPME