BFM Business

Près d'un tiers des salariés sont désormais au chômage partiel

Le quartier des affaires de La Défense à Paris, désert ces jours-ci.

Le quartier des affaires de La Défense à Paris, désert ces jours-ci. - PHILIPPE LOPEZ / AFP

A ce jour en France, 6,3 millions de salariés du secteur privé sont au chômage technique, selon le décompte de la Dares paru ce mercredi. Près de 700.000 entreprises ont demandé à bénéficier de ce soutien financier apporté par l'Etat.

C’est la deuxième semaine de plus forte progression du chômage partiel depuis que la crise sanitaire a commencé en France. Ce mercredi, le pays compte 6,3 millions de salariés au chômage partiel, à la demande des 699.000 entreprises qui les emploient, selon les chiffres dévoilés ce mercredi par l’institut statistique du ministère du Travail, la Dares.

Désormais donc, 31,5% des salariés du privé sont concernés par cette prise en charge par l'Etat de leur rémunération. L'indemnité perçue par leur employeur équivaut à 84% de leur salaire net ou même 100% s’il sont payés au Smic. 

Ce chiffre a progressé de 2,6 millions en une semaine. Une nouvelle progression “énorme” reconnaît le porte-parole de la Darès, mais qui reste en deçà du record de la semaine dernière: au 1er avril, les salariés étaient 3 millions de plus au chômage technique que la semaine précédente. 

La Darès note par ailleurs que ceux qui travaillent dans les TPE sont les plus concernés par ces mesures: parmi les salariés empêchés de travailler, 59% sont employés par une entreprise de moins de 50 salariés, et 40% dans des sociétés qui en compte moins de 20. 

Dares
Dares © Dares

Quant aux régions les plus touchées, ce sont forcément les plus gros bassins d’emplois: l’Ile-de-France et l’Auvergne-Rhône Alpes. Et les quatre secteurs qui subissent le plus le chômage technique sont le commerce, l'hôtellerie-restauration, le BTP et les services informatiques et scientifiques.

Pour limiter les licenciements et faciliter une reprise rapide de l’activité, le gouvernement a élargi et renforcé le dispositif du chômage partiel mi-mars. Désormais, tout salarié y est éligible, et l’Etat remboursent 100% de leur salaire aux entreprises. 

Le gouvernement avait décidé de miser massivement sur le chômage partiel en se basant sur l’expérience allemande de la crise économique de 2008-2009. Un rapport de la Cour des Comptes de 2011 notait en effet que le dispositif de chômage partiel allemand, plus simple et intégralement pris en charge par l’Etat, avait permis de sauver 221.000 emplois à l'époque contre seulement 18.000 en France, où les entreprises devaient payer une partie de l’indemnisation. 

Nina Godart