BFM Business

Pourquoi Twitter estime sortir "renforcé" de la crise sanitaire

Pendant le confinement, Twitter dit avoir supprimé des comptes appelant à l’enfreindre ou au non-respect des gestes barrière. Ses systèmes automatisés en ont détecté plus de 4,3 millions.

Pendant le confinement, Twitter dit avoir supprimé des comptes appelant à l’enfreindre ou au non-respect des gestes barrière. Ses systèmes automatisés en ont détecté plus de 4,3 millions. - NICOLAS ASFOURI © 2019 AFP

Pour Damien Viel, qui dirige Twitter France, la crise sanitaire a renforcé le rôle du réseau social pour s'informer ou se divertir, confie-t-il au JDD. Sûr de son modèle économique "rentable", le dirigeant revendique 166 millions d'utilisateurs quotidiens "monétisables" dans le monde et une hausse de 24% de ses utilisateurs au premier trimeste 2020.

Alors que Twitter a suscité l'ire de Donald Trump en signalant en fake news certains de ses tweets, la direction du réseau social est optimiste quant à l'impact de la crise sanitaire sur son activité et son modèle économique.

Alors que "les sujets relatifs au Covid-19 sont en déclin et représentent moins de 5% des conversations actuelles en France", Damien Viel, le patron de Twitter en France, confie au JDD que la crise du Covid-19 "a renforcé le rôle de Twitter pour s’informer, se divertir, communiquer de l’empathie, apprendre des choses", ajoutant que "la croissance avait démarré avant par l’amélioration de nos produits et leur usage".

Dans le monde, Twitter revendique 166 millions d’utilisateurs quotidiens monétisables, "sur lesquels on peut bâtir notre modèle économique avec nos annonceurs. Nous avons observé une hausse de 24% des utilisateurs au premier trimestre. La France épouse la même tendance" ajoute le dirigeant du réseau social pour la France.

"Paris est un hub pour tweeter sur la mode"

Son modèle économique est "rentable" et "très lié à nos relations avec les entreprises : services financiers, assurance, télécommunications, luxe.... Dans ce secteur dans lequel nous travaillons avec les plus grandes marques. Paris est un hub pour tweeter sur la mode par exemple" ajoute le dirigeant.
Mais c'est sur la traque des fausses nouvelles et sur la lutte contre les contenus haineux que Twitter est le plus attendu.

Souvent critiqué pour le manque de réactivité du réseau social, le patron de Twitter en France se défend en ajoutant que "les investissements (humains mais surtout technologiques avec de l’intelligence artificielle) pour agir rapidement contre la haine, les abus et le harcèlement, qui n’ont pas la place sur notre plateforme. Aujourd’hui, 50 % des tweets 'en anomalie' sont repérés automatiquement sans intervention des utilisateurs pour pouvoir être ensuite traités par nos équipes. Pendant le confinement, nous avons supprimé des comptes appelant à l’enfreindre ou au non-respect des gestes barrière. Nos systèmes automatisés en ont détecté plus de 4,3 millions".

Enfin, interrogé sur la taxe Gafa visant les géants du numérique, Damien Viel défend "une démarche qui serait prise au niveau de l’ensemble des pays concernés aurait eu beaucoup plus d’intérêt à nos yeux que des démarches locales. Néanmoins, la taxe sur les entreprises numériques, telle qu’elle a été décidée en France, existe et nous nous y conformons."

Frédéric Bergé