BFM Business

Pourquoi certains camemberts ne peuvent plus se prévaloir de la mention "Fabriqué en Normandie"

Illustration - Un camembert

Illustration - Un camembert - Image Flickr

Depuis le 1er janvier, seuls les fabricants bénéficiant de l'AOP (appellation d'origine contrôlée) peuvent afficher une fabrication normande sur leurs étiquettes.

Nouvelle étape dans la grande guerre du camembert qui oppose les producteurs locaux bénéficiant d'une AOP et les grands industriels comme Lactalis.

Depuis le 1er janvier de cette année, ces derniers ne pourront plus écrire sur les étiquettes de leurs produits "Fabriqué en Normandie", selon une décision de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), rendue en juillet dernier.

Concrètement, seuls les producteurs bénéficiant de la dénomination AOP Camembert de Normandie pourront le faire. Il s'agit donc d'une victoire importante pour les petits acteurs de la filière qui bataillent depuis des années contre les industriels qui ont par exemple fait le choix de ne pas utiliser de lait cru pour la fabrication du célèbre fromage, les excluant de fait de l'AOP.

"Ne pas induire en erreur le consommateur"

Les industriels sont également accusés d'utiliser du lait provenant de régions différentes (voire de pays étrangers) tout en se prévalant d'une fabrication "Made in Normandie" sur les étiquettes qui en fait évoque la localisation de la production mais pas les ingrédients de fabrication.

Selon la DGCCRF, "l'étiquetage des produits ne doit pas être de nature à induire en erreur le consommateur et de nature à usurper des appellations d'origine protégée". Le SNFC, le Syndicat normand des fabricants de camemberts qui rassemble les industriels a bien tenté de faire annuler cette décision auprès du Conseil d'Etat. En vain. Mais il compte bien poursuivre la lutte en justice.

Rappelons que cette décision de l'administration est le résultat de l'échec des négociations entre les producteurs sur la réforme de l'AOP. Elle prévoyait d’intégrer dès 2021 à l'apellation le camembert au lait pasteurisé. En contrepartie les industriels devaient répondre à un cahier des charges plus exigeant avec au moins 30% de vaches de race normande dans chaque troupeau, six mois minimum de pâturage par an dans les prairies normandes, la présence d’au moins 20% d’herbe toute l’année dans la ration des vaches laitières… 

En levant cette confusion sur les étiquettes, les ventes de camembert AOP pourraient accélérer: il s'en vend à ce jour 6000 tonnes par an contre 60.000 tonnes pour le camembert "fabriqué en Normandie".

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business