BFM Business

Pour le PDG d'Alstom, la relance du ferroviaire passera par le train à hydrogène

Alstom a remporté un contrat de 360 millions d'euros pour fournir 27 trains à hydrogène destinés à la région de Francfort. Ils remplaceront des rames diesel sur quatre lignes régionales à partir de 2022.

Alstom a remporté un contrat de 360 millions d'euros pour fournir 27 trains à hydrogène destinés à la région de Francfort. Ils remplaceront des rames diesel sur quatre lignes régionales à partir de 2022. - Alstom

Dans un entretien au Monde, Henri Poupart-Lafarge propose le train à hydrogène d'Alstom pour relancer le ferrovaire, espérant que l'exécutif fasse de la transition vers cette technologie une de ses priorités dans le cadre de son plan de relance.

"Le plan de relance est une formidable occasion d’accélérer la transition écologique par l’innovation" explique le PDG d'Alstom. Dans un entretien au Monde, Henri Poupart-Lafarge attend avec impatience les futurs arbitrages et décisions du gouvernement, qui présentera son programme économique le 3 septembre prochain.

La relance du fret ferroviaire fera partie des priorités

Alors que les transports feront partie des axes prioritaires parmi les 30 milliards qui seront consacrés à la transition écologique, le rail devrait bénéficier du plan, notamment le fret ferroviaire, les petites lignes ou même les trains de nuit, selon la volonté affichée par Emmanuel Macron le 14 juillet.

"Le train est le mieux adapté à l'hydrogène"

Pendant que ses premiers trains de voyageurs à hydrogène roulent sur certaines lignes régionales en Allemagne depuis 2018, le PDG d'Alstom considère que cette technologie est "parfaitement adaptée aux petites lignes puisque la plupart d’entre-elles ne sont pas électrifiées. De tous les modes de transport, le train est probablement le mieux adapté à l’hydrogène".

Alstom entend aussi proposer sa technologie pour redynamiser le fret ferroviaire, mal en point en France, en concevant une nouvelle motrice adaptée à ce marché.

"Pour la relance du fret, nous étudions la possibilité de créer une locomotive du futur comme nous l’avons fait avec la SNCF pour le TGV du futur. Cette locomotive pourrait rouler à l’hydrogène. Elle pourrait également être à conduite automatique, ce qui ne veut pas dire qu’elle n’a plus de conducteur" souligne le PDG d'Alstom.

Il rappelle aussi que le centre mondial pour la technologie de la traction ferroviaire à hydrogène est en France, sur son site industriel de Tarbes.

"Si nous devions développer une locomotive à hydrogène, la technologie serait intégrée dans notre usine de locomotives à Belfort" souligne t-il pour justifier qu'un coup de pouce à cette technologie bénéficierait à l'emploi en France.
Frédéric Bergé
https://twitter.com/BergeFrederic Frédéric Bergé Journaliste BFM Éco