BFM Eco

Pour Bruno Le Maire, l’ISF, "c’est le combat du 20e siècle"

-

- - Eric Piermont - AFP

Interrogé sur l’Impôt sur la fortune, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a jugé que c’était un impôt désuet, et que pour augmenter les recettes du fisc, il comptait miser sur la taxation des géants du numérique

L’ISF ne convainc toujours pas le ministre de l’Economie pour aider à la relance en pleine crise sanitaire. “Si vous voulez que nous relocalisions des activités industrielles, si vous voulez que nous ouvrions des usines, si vous voulez que Renault survive et puisse se développer, il faut une fiscalité attractive”, a estimé Bruno Le Maire ce vendredi sur Europe 1. 

D’ailleurs, les efforts fiscaux faits par le gouvernement depuis 2017 ont déjà “donné des résultats. Avant la crise nous avions du dynamisme industriel, des investissements. Nous avions recréé pour la première fois depuis 10 ans des emplois industriels”, a-t-il martelé. 

Donc “je pense qu’il faut poursuivre la baisse des impôts chez les entreprises, notamment les impôts de production”. Quand au “vrai combat”, il n’est “pas sûr l’ISF, ça c’est un combat du 20e siècle", a continué le ministre.

Le vrai combat, autrement plus difficile à mener, c’est de taxer les géants du digital (sic) qui aujourd’hui ont gagné beaucoup de puissance”. Ces GAFAM, pour Google, Amazon, Facebook, Alibaba, Microsoft, qui “représentent aujourd’hui 4 fois la valeur des 40 plus grandes entreprises françaises. Donc il faut les taxer, nous les taxerons, c’est une question de justice et d’efficacité”. 
Nina Godart