BFM Business

Plus forte baisse du chômage en France depuis 10 ans

"Le nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A a diminué de 60.000 en mars dernier, soit une baisse de 1,7%. Du jamais vu depuis avril 2006. Et même, en valeur absolue, depuis 2000."

Ce mardi 26 avril est à marquer d'une pierre blanche par le gouvernement. Pour une fois, les chiffres du chômage sont réjouissants. Ainsi en mars dernier, Pôle Emploi a recensé, en catégorie A, 60.000 inscrits de moins qu'en février. 

Il faut remonter à septembre 2000 pour trouver une baisse mensuelle aussi importante. "Mais à l'époque la méthode de comptabilisation des demandeurs d'emploi était probablement différente", prévient-on du côté de la Dares, la branche statistiques du ministère du Travail.

La dernière baisse aussi importante en pourcentage (-1,7%) est plus récente. Elle date d'avril 2006. La France n'avait donc pas connu une baisse équivalente à celle de ce mois de mars 2016 depuis quasiment 10 ans.

Un chiffre à relativiser

Ce bon chiffre doit toutefois être relativisé. Car si le nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A a largement reculé, ceux qui doivent se contenter d'une activité réduite (catégories B et C) continuent d'augmenter (+2% pour la catégorie B et +3,2% pour la C). Ces données statistiques réjouissantes peuvent laisser penser que si le chômage ne recule pas encore totalement, l'intérim reprend des couleurs. Ce qui reste une condition sine qua non pour que l'emploi suive, et que la fameuse courbe à laquelle François Hollande a choisi de lier son destin présidentiel finisse par s'inverser.

Reste néanmoins que sur une période plus longue, le tableau est encore bien noir. Par rapport au décompte réalisé voici un an par Pôle Emploi, le nombre de chômeurs en catégorie A reste en hausse (+0,5%). La France comptait ainsi au 31 mars, 3,531 millions de demandeurs d'emploi sans aucune activité contre 3,514 millions sur le même mois de 2015.

La ministre du Travail a, elle, décidé de se focaliser sur la baisse observée sur le premier trimestre 2016 (-1,4% en catégorie A, soit 50.000 personnes en moins). Myriam El Khomri se félicite ainsi de constater "la première baisse trimestrielle significative depuis le dernier épisode de reprise de 2010/2011". La ministre impute cette réduction à "l’amélioration graduelle de l’activité économique".

Reste une question clé: l'essai sera-t-il transformé en avril? Si le nombre de demandeurs d'emploi baissait sur deux mois consécutifs, ce serait une première. Non pas depuis une décennie mais tout de même depuis juillet 2010.

J.M.