BFM Business

Placé sur liste noire, Xiaomi attaque les Etats-Unis

Xiaomi veut vendre 100 millions de téléphones l'an prochain.

Xiaomi veut vendre 100 millions de téléphones l'an prochain. - Wang Zhao - AFP

Le fabricant chinois de smartphones estime cette inscription "incorrecte" et poursuit en justice le ministère de la Défense et le ministère du Trésor des États-Unis.

Le 14 janvier dernier, Xiaomi a été inscrit par les Etats-Unis sur une liste noire d'entreprises. En cause, ses liens présumés avec l'armée chinoise.

Après avoir contesté avec véhémence ce lien, le groupe chinois a décidé de contre-attaquer en justice. Dans un communiqué, il indique avoir "intenté une action au Tribunal de District des États-Unis du District de Columbia contre le ministère de la Défense et le ministère du Trésor des États-Unis le 29 janvier".

"Compagnie militaire communiste chinoise"

Xiaomi estime que "la décision d'inclure la Société en tant que "Compagnie militaire communiste chinoise" (...) était incorrecte et a privé la Société d'une procédure régulière. En vue de protéger les intérêts de ses utilisateurs, partenaires, employés et actionnaires de la Société, la Société a plaidé auprès des tribunaux pour que la décision soit déclarée illégale et qu'elle soit annulée".

Et d'ajouter que "les actionnaires et les investisseurs potentiels sont invités à faire preuve de prudence lorsqu'ils traitent des titres de la Société".

Dans un communiqué, le ministère américain de la Défense s'était déclaré "déterminé à mettre en évidence et à contrer la stratégie de développement de la fusion civilo-militaire de la République populaire de Chine" qui lui permettrait d'accéder à des données essentielles en matière de technologie et de sécurité.

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business