BFM Business

Passeport sanitaire, doses, immunité... Thierry Breton s'explique devant le Sénat

Le commissaire européen au Marché intérieur Thierry Breton.

Le commissaire européen au Marché intérieur Thierry Breton. - Aris Oikonomou © 2019 AFP

Auditionné ce mardi devant le Sénat français, le Commissaire européen assure que c'est aux Etats de faire en sorte d'atteindre l'immunité collective et que la Commission fournira des doses nécessaires.

Quand l'Europe atteindra-t-elle l'immunité collective? Alors que Thierry Breton avait estimé que les 27 pourraient l'atteindre d'ici le 14 juillet, le Commissaire européen en charge notamment des vaccins a tempéré son propos ce mardi dans une audition devant le Sénat.

"Pour atteindre cette immunité collective, il faut que les États membres s’organisent très vite pour augmenter très significativement la capacité vaccinale, a estimé le Commissaire cité dans Ouest France. Et ça, ça n’appartient pas à la Commission."

Chaque Etat est libre de sa stratégie de campagne vaccinale. En revanche, ce sont bien les institutions européennes qui sont chargées de fournir les doses aux Etats membres.

Et en la matière, Thierry Breton s'est voulu optimiste ce mardi en rappelant que d'ici le mois de juillet, ce sont 420 millions de doses qui auront été livrés à l'Europe. La quote-part de la France qui est de 15% devrait donc s'établir à 63 millions de doses.

"C'est ce que nous attendions et c'est ce qu'il nous faut pour atteindre 60-70% de couverture vaccinale de la population européenne, ce qu'il nous faut pour atteindre l'immunité collective", assure le Commissaire européen.

200 millions de doses Pfizer

Dans le détail ce sont 360 millions de doses qui seront livrées au 27 au deuxième trimestre (en plus de 60 millions livrées au premier trimestre). Dans le détail il s'agira de 200 millions de dose Pfizer-BioNTech, 70 millions d'Astra Zeneca, 35 millions de Moderna, 55 millions de Johnson et Johnson et une dizaine de millions de Curevac dont le Commissaire espère l'approbation fin mai/début juin.

Thierry Breton qui estime que l'Europe doit se tenir prête à une nouvelle campagne de vaccination en cas de résurgence de variant a par ailleurs assuré que le "passeport sanitaire européen" qui doit voir le jour le 15 juin ne portera pas ce nom.

"On n'utilisera jamais le mot passeport, a fait savoir le Commissaire devant le Sénat. Cela donne le sentiment qu'il est obligatoire. C'est un certificat, qui doit être volontaire, il ne sera jamais obligatoire."
Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco