BFM Business

Un futur train à grande vitesse sous-marin pour relier la Chine aux États-Unis ?

Ce train traversait la mer de Béring, entre la Russie et l'Alaska.

Ce train traversait la mer de Béring, entre la Russie et l'Alaska. - STR / AFP

La Chine, avec son gigantesque réseau ferroviaire, réfléchit à de nouvelles infrastructures de transport, et notamment un projet fou : une voie de chemin de fer de 13.000 km. Terminus ? Les États-Unis.

Après le futur Maglev, le train chinois à sustentation magnétique prévu pour une mise en service à l’horizon 2027, les ingénieurs du pays planchent déjà sur de nouvelles idées innovantes pour révolutionner les trajets des passagers dans les années et décennies à venir. Le dernier projet en date ne manque pas d’audace, puisqu’il s’agit de la construction d’une voie ferrée pour relier la Chine au continent nord-américain, en passant notamment par la Russie.

Ce train à grande vitesse desservirait ainsi plusieurs régions - la Sibérie, l'Alaska, le Canada et enfin les États-Unis - en parcourant une distance de 13.000 km. Ce projet nécessitera la création d’un tunnel sous la mer de 103 km à partir du détroit de Béring, afin que le train puisse continuer sa course sur le continent voisin. Le challenge technique est également financier : le coût estimé de l’opération s’élèverait à 200 milliards de dollars.

L’enjeu est de taille pour la Chine. En plus de favoriser le tourisme en connectant plus facilement les nations entre elles, ce train permettrait d’acheminer en théorie jusqu’à 100 millions de tonnes de marchandises par an, et de réduire ainsi le volume de fret par cargo entre les pays concernés.

Ce contenu a été réalisé en partenariat avec China Radio International.

En partenariat avec China Radio International