BFM Business

La Chine, prête à réguler ses géants du web ?

-

- - Adobe Stock - Aleksei

En France, on entend généralement parler des GAFA ou GAFAM, acronyme pour Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft afin de désigner les géants du web et de la tech. Mais en Chine, il existe également les BATX, pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Et pour la première fois depuis 2008, l’Empire du Milieu pourrait modifier la législation antitrust afin de les réguler à leur tour.

Le monopole de ses BATX commence à poser problème à la Chine. Tout comme aux États-Unis et en Europe avec les GAFA, la Chine cherche à cadrer davantage ses géants de la tech, aujourd’hui pourtant seuls à pouvoir rivaliser économiquement face aux géants américains. Le pouvoir économique des BATX en Chine (sur le e-commerce, le paiement par mobile, les jeux-vidéo, l’IA, la livraison de repas etc.) est tel qu’il pourrait bientôt poser problème, ne permettant plus à de petites start-up d'émerger et d’innover dans différents domaines (notamment numérique) et ainsi développer l’économie du pays. Les pionniers chinois du web et de la tech 2.0 écrasent en effet facilement et rapidement la concurrence, en utilisant notamment les données personnelles pour développer leurs business, asphyxiant ainsi les entreprises émergentes. De ce fait, la croissance chinoise a atteint son plus bas niveau depuis 1992 au troisième trimestre 2019.

La Chine fait le constat qu'elle a donné naissance à des géants tentaculaires. Elle veut maintenant intervenir pour créer plus de compétition. Aux États-Unis, Amazon ou Google doivent forcément innover car le marché est ouvert à la compétition. Mais en Chine, le marché est captif, les BATX chinois ne font face à aucune menace extérieure” explique Katrin Schallenberg, avocate spécialisée dans l'antitrust au sein du cabinet Clifford Chance aux Echos.

Selon le magazine économique Caixin, un projet de réforme pourrait décupler le montant des amendes qui pourraient être infligées aux entreprises ne respectant pas la nouvelle loi “antimonopole” chinoise et notamment les BATX, premières concernées. Des amendes pouvant s'élever jusqu’à 100 fois la somme initialement prévue par le texte de 2008. L’ancienne législation préconisait quant à elle des sanctions allant de 1 à 10% du chiffre d’affaires total des entreprises.

en partenariat avec China Radio International