BFM Business

Nouvelle baisse en trompe-l'oeil du chômage au 4e trimestre

Au sens du BIT (Bureau international du Travail), le taux de chômage se fixe à 8% et revient à son niveau d'avant-crise.

Au quatrième trimestre 2020, le nombre de chômeurs au sens du BIT atteint 2,4 millions de personnes en France (hors Mayotte), en baisse de 340.000 personnes, selon les derniers chiffres de l'Insee publiés ce mardi.

Sur le trimestre, le taux de chômage au sens du BIT recule de 1,1 point, à 8,0% de la population active, après un rebond de 2,0 points le trimestre précédent. Il est quasi stable (-0,1 point) par rapport à son niveau d'avant-crise sanitaire au quatrième trimestre 2019.

La baisse du taux de chômage sur le trimestre concerne toutes les catégories d’âge et de sexe. Elle est plus prononcée pour les 15-24 ans (-3,6 points) que pour les 25-49 ans (-1,0 point) et les 50 ans ou plus (-0,4 point).

Le taux de chômage se retrouve ainsi inférieur à son niveau un an auparavant pour les jeunes (-1,5 point) et quasiment au même niveau qu’un an avant pour leurs aînés (+0,1 point pour les 25-49 ans ; -0,1 point pour les 50 ans et plus).

Taux de chômage en France
Taux de chômage en France © Insee

Baisse prononcée pour les 15-24 ans

Comme lors des trimestres précédents, ce recul est à relativiser. "La baisse du chômage sur le trimestre provient d’abord de la hausse du taux d’emploi, lequel a continué de se redresser en moyenne sur le trimestre. Mais, comme au deuxième trimestre, la baisse du chômage est aussi pour partie « en trompe-l’oeil »: en raison du deuxième confinement, entre le 30 octobre et le 15 décembre, un nombre important de
personnes ont basculé vers l’inactivité (halo autour du chômage ou inactivité hors halo), faute notamment de pouvoir réaliser des recherches actives d’emploi dans les conditions habituelles. Par ailleurs, la hausse de l’emploi est à relativiser par le repli des heures travaillées par emploi", souligne l'Insee.

Ainsi, parmi les personnes inactives au sens du BIT, 1,8 million souhaitent un emploi sans être considérées au chômage: elles constituent le halo autour du chômage. Après un pic au deuxième trimestre et un repli à l’été, leur nombre remonte légèrement au quatrième trimestre.

Le sous-emploi augmente avec le 2e confinement

Concernant le taux d'emploi, il augmente pour les 15/64 ans de 0,6 point, à 65,6%, après une hausse de même ampleur (+0,6 point) au troisième trimestre. Mais l’augmentation du taux d’emploi sur les deux derniers trimestres ne compense pas le recul au deuxième trimestre (-1,6 point). Le taux d’emploi reste ainsi inférieur à son niveau un an auparavant (-0,4 point), en particulier pour les 25-49 ans (-0,5 point) et les 15-24 ans (-0,3 point) ; il est toutefois en hausse pour les 50-64 ans (+0,4 point).

L'Insee fait également le point sur les personnes en "sous-emploi" qui travaillent de manière partielle. Il atteint 8,9% soit une augmentation de 1,7 point. Il avait atteint un pic exceptionnel au deuxième trimestre, à 20,0% des personnes en emploi, dont 15,3% de personnes en situation de chômage technique ou partiel, puis s’est replié au troisième trimestre.

"Au total, au quatrième trimestre, plus d’un participant au marché du travail sur cinq (personne active ou dans le halo autour du chômage) se trouve contraint dans son offre de travail, soit par l'absence d'emploi (au chômage ou dans le halo autour du chômage), soit en situation de sous-emploi. Cette part augmente de 0,8 point sur le trimestre, à 21,0 %, 3,3 points au-dessus de son niveau de fin 2019 mais 10,7 points au-dessous de son pic du deuxième trimestre", précise l'Insee.

Olivier Chicheportiche