BFM Business

"MaPrimeRénov" permettra une prise en charge allant jusqu'à 90% des travaux

La prime pour les travaux de rénovation énergétique concernera tous les Français à compter du 1er janvier 2021.

La prime pour les travaux de rénovation énergétique concernera tous les Français à compter du 1er janvier 2021. - Pixabay

L'aide à la rénovation thermique des logements est au coeur du plan de relance du gouvernement. On en connaît désormais le fonctionnement.

On en sait un peu plus sur MaPrimeRénov, le dispositif d'aide à la rénovation thermique des logements qui sera lancé l'an prochain. Cette aide destinée aux ménages modestes est une composante importante du plan de relance du gouvernement, elle vise à stimuler la demande dans le secteur du bâtiment.

Objectif: que les 2 milliards d'euros alloués à ces rénovations génèrent 6 milliards d'euros de travaux et créent 22.000 emplois sur deux ans.

Dans le Journal du Dimanche, la ministre du Logement Emmanuelle Wargon explique que cette aide pourra financer jusqu'à "90% du devis".

Tous les ménages concernés

"Pour les foyers les plus modestes, l'aide peut aller jusqu'à 90% du devis, puis elle descend à 75%, 60% et à 40% pour les ménages les plus aisés", précise-t-elle.

"La prime sera calculée en fonction des revenus, de la localisation du logement et du type de travaux", a-t-elle expliqué, indiquant qu'un simulateur pour connaître son montant sera présenté le 5 octobre. Elle sera versée "dès la phase des travaux".

Un bonus jusqu'à 1500 euros bénéficiera aux travaux qui permettent aux maisons individuelles de sortir du statut de "passoire thermique".

Les travaux éligibles vont "du remplacement d'une vieille chaudière" aux "rénovations globales". En Île-de-France, passer à une chaudière à granulés pourra être soutenu à hauteur de 10.000 euros, a assuré la ministre.

Les bailleurs et les copropriétés également éligibles

Les bailleurs et les copropriétés sont également éligibles à cette aide. Le gouvernement ajoute qu'il sera attentif à qu'il n'y ait pas de conséquences sur le niveau des loyers.

"Nous ne prévoyons pas de conditionner cette aide, qui doit engendrer une baisse des charges. Mais nous serons vigilants pour éviter les effets pervers. N'oublions pas que des mécanismes d'encadrement des loyers existent déjà", explique la ministre.

Le dispositif de certificats d'économie d'énergie (CEE), qui oblige les fournisseurs d'énergie à financer des actions d'économies d'énergie sous peine de pénalités, est maintenu mais les contrôles seront renforcés pour "éviter les dérives", selon la ministre.

Le gouvernement évalue à 4,8 millions le nombre de logements mal isolés en France.

Olivier Chicheportiche avec AFP