BFM Business

Les paris en ligne à leur plus haut niveau depuis 2010

Un bookmaker de Parions Sports (FDJ)

Un bookmaker de Parions Sports (FDJ) - Patrick Kovarik - AFP

La croissance du marché des jeux en ligne s'est poursuivi en 2019, avec une progression du produit brut de 18%. Les paris sportifs sont les grands gagnants.

Combien avez-vous déjà gagné en jouant au poker ou aux paris hippiques et sportifs sur internet? Les sites remportent en tout cas le pactole: le marché était déjà en croissance, et s’est encore confirmé en 2019. Selon l'Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel), le secteur a affiché un chiffre d’affaires d’1,4 milliard d’euros. Les paris sportifs se taillent la part du lion, représentant près des deux tiers du chiffre. C’est encore plus que l’année précédente.

Tous les secteurs en hausse

En fait, les trois segments de jeu en ligne (paris sportifs, poker et courses hippiques) sont en croissance, avec une hausse moyenne de 18% du produit brut. Le jeu profite moins au poker en ligne, dont le produit brut ne progresse "que" de 6% en 2019. C’est tout de même son deuxième chiffre d'affaires le plus élevé depuis 2010.

2,8 millions de joueurs uniques

Cette hausse s'explique notamment par les sommes encourues: les joueurs ont été en effet moins regardants sur leurs dépenses qu’en 2018, déboursant en moyenne 508 euros en 2019. Mais c'est autant qu’en 2017.

"Les dépenses des joueurs avaient baissé en 2018 en raison notamment de l’effet 'Coupe du Monde de football' et de l’afflux de nouveaux joueurs récréatifs", contextualise l’Arjel.

Plus prodigues, les joueurs ont également été plus nombreux: ils étaient 2,8 millions d’individus en 2019, soit 5% de plus que l'année précédente.

Encadrer

Face à cette croissance, l'Arjel met en avant sa prudence: l’autorité rappelle avoir interdit l'an dernier "des offres commerciales ou bonus dont les modalités pouvaient inciter à une pratique excessive du jeu". Sur son site, elle rappelle les règles qui permettent d’échapper aux arnaques, comme utiliser des ordinateurs à jour dans leurs antivirus et bien se déconnecter de ses comptes sur les sites de jeux.

Fanny Guyomard avec AFP