BFM Business

Les caisses de retraite confrontées à une chute brutale des cotisations

Les pensions d'une partie des retraités devraient baisser dans les prochaines années

Les pensions d'une partie des retraités devraient baisser dans les prochaines années - GERARD JULIEN / AF

Si la surmortalité liée à l'épidémie de coronavirus va entraîner une baisse des dépenses des régimes de retraites, la chute des recettes liées à la crise économique s'annonce bien plus importante. Selon les premières estimations du Cor, le déficit devrait être proche des 30 milliards d'euros.

Déjà dans le rouge avant la crise, les comptes du système de retraite devraient lourdement se dégrader en 2020 en raison de l’épidémie de coronavirus. D’après le Conseil d’orientation des retraites (COR) dont les prévisions sont relayées par Le Monde et Capital, les différents régimes de pensions vont accuser un déficit de 29,4 milliards d’euros cette année, soit 25,2 milliards d’euros de plus que les dernières projections de novembre 2019 qui tablaient sur un solde négatif de 4,2 milliards d’euros.

Certes, il ne s’agit que d’une "estimation provisoire" qui pourrait être revue en fonction de l’ampleur de la reprise économique, insiste le COR. Il n’empêche qu’elle permet de tirer les premières conclusions sur les conséquences de la crise.

Légère baisse des dépenses 

Notons d’abord que les dépenses du système de retraite sont attendues en légère baisse de 0,2%, pour atteindre 340,2 milliards d’euros. Soit 500 millions d’euros de moins que les prévisions réalisées en novembre. Cela s’explique essentiellement par la surmortalité des personnes âgées liée à la crise sanitaire qui conduirait à une baisse d’environ 0,15% du nombre de retraités.

A l’inverse, le poids des dépenses dans le PIB augmentera compte tenu de la diminution de la richesse nationale estimée à -11% par le gouvernement. Initialement attendu à 13,7%, il devrait finalement représenter 15,5% du PIB.

Moins de cotisations 

Si les dépenses sont attendues en légère baisse, il faut donc regarder du côté des recettes pour comprendre l’origine du creusement du déficit. Celles-ci devraient atteindre 310,8 milliards d’euros en 2020, soit 25,7 milliards de moins que les projections initiales.

Rien de vraiment surprenant: la mise en place du chômage partiel ainsi que la hausse des inscriptions au chômage liées au confinement auront pour conséquence de faire baisser la "masse des rémunérations totales" versées cette année de 8,5%. Ce qui signifie des cotisations en moins pour les régimes de retraites et donc des recettes amputées. Précisons par ailleurs que ces évaluations ne tiennent pas compte des reports et annulations de cotisations accordés aux entreprises.

Tous les régimes ne seront pas touchés de la même manière. Si le déficit du régime des salariés du privé devrait atteindre 27,2 milliards d’euros contre -2,4 milliards prévus six mois plus tôt, ceux de la fonction publique ou des régimes spéciaux seront globalement épargnés par la crise.

Quant à la pension moyenne nette des retraites, elle devrait tout de même progresser de 1,2% entre 2019 et 2020. Mais la baisse du niveau moyen des revenus salariés et non salariés et donc des cotisations devrait conduire à ce que 21% des Français qui partiront à la retraite en 2025 voient leur pension baisser d’au moins 1 euro. Une proportion qui augmentera à 24% en 2030 et 25% en 2040. En moyenne, la baisse des pensions sera de -0,8% en 2025 et de -0,5% en 2040.

Paul Louis