BFM Business

Le régime des retraites est-il vraiment en déficit?

Laurent Berger

Laurent Berger - RMC

Comment financer le régime des retraites? Le gouvernement a accepté l'idée d’une conférence voulue par la CFDT sur le financement des retraites. Mais le système français des retraites est-il financièrement en danger?

Il faut équilibrer le régime des retraites, assure le gouvernement. Il le serait déjà sans la politique du gouvernement, rétorquent les syndicats. Qui a raison? Un peu des deux.

Actuellement, le système des retraites français est en déficit mais plutôt modéré. Le besoin de financement était de 2,9 milliards en 2018 sur un total de 325 milliards d’euros de retraites versées, soit moins de 0,9% à peine. Cela paraît encore supportable. Mais ça ne devrait pas durer. Ce déficit devrait se creuser et fortement dans les années à venir si l’on en croit le Conseil d’orientation des retraites qui donne des estimations: entre 8 à 17 milliards de déficit en 2025 et entre 8 à 27 milliards pour 2030 selon les scénario optimistes ou pessimistes. Dans tous les cas, il semblerait bien que dans les années à venir le système ait un réel besoin de financement. 

Pour quelles raisons ce déficit devrait se creuser? Il y a d’abord un effet démographique: la France compte de plus en plus de retraités par rapport aux actifs. En 2002, il y avait 2,1 actifs pour un retraité, il y en 1,7 aujourd'hui, et il n'y en aura plus que 1,6 en 2030.

Les dépenses stables mais les recettes en baisse

Mais malgré ce déséquilibre démographique, les différents gouvernements avaient su maintenir les coût des dépenses pour les retraites en limitant la hausse des pensions. Et d'ailleurs, dans les années à venir ce poids des retraites devrait rester stable à 13,5% du PIB.

Si l'équilibre est menacé, ce n'est pas tant à cause des dépenses que des recettes. Pour diminuer la dépense publique, le gouvernement compte toujours réduire le nombre de fonctionnaires de 40.000 personnes d’ici la fin du quinquennat. Or cela fait des cotisations en moins versées au régime.

D'autres mesures du gouvernement ont par ailleurs fait baisser les recettes. Pour redonner du pouvoir d'achat aux salariés et améliorer la compétitivité des entreprises, les charges ont baissé ces dernières années. Une mesure a été particulièrement coûteuse: la suppression des charges salariales sur les heures supplémentaires décidée fin 2018. Le gouvernement a décidé de ne pas faire compenser par l'Etat le manque à gagner de la caisse de retraite de la Sécurité sociale. 

Que faire alors pour équilibrer le système? Il y a trois leviers pour atteindre l'équilibre: le gouvernement peut soit baisser les pensions de retraites. Mais face aux problèmes de pouvoir d’achat, le gouvernement s’y oppose.

Il peut sinon augmenter les cotisations patronales et salariales. Ce qui est, entre autres, une des propositions de la CFDT. Mais là encore fin de non-recevoir de la part du gouvernement. Augmenter les charges des entreprises nuirait à la compétitivité. Et augmenter les charges sur les salaires nuirait au pouvoir d’achat.

Reste alors la solution de retarder l’âge de départ : cela permet de limiter les dépenses (moins de retraités) et d’augmenter les recettes (plus de cotisants). Mais là, forte opposition des syndicats sur cette mesure.

Mais il y en a peut-être une quatrième: aller piocher dans la cagnotte des différents fonds de réserve comme le propose l'économiste Gilles Raveaud. En effet entre la Caisse d’amortissement de la dette sociale (Cades), le Fonds de réserve pour les retraites (FRR) ou encore dans les caisses complémentaires Agirc-Arrco, la cagnotte s'élèverait à 130 milliards d’euros et pourrait donc être utilisée pour équilibrer le système des retraites. Le problème c’est que l'argent de ces différents fonds et caisses ne sert pas à épurer un système déficit structurel. Et surtout, ce pactole permettrait de durer une dizaine d'années au maximum. Au-delà il faudrait à nouveau imaginer une réforme.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco