BFM Business

Le patron de Sanofi: "Il faut rapatrier la production des principes actifs des médicaments"

Invité sur BFMTV-RMC, Olivier Bogillot, le président de Sanofi France souhaite que la France se dote d'une politique industrielle sur les principes actifs des médicaments pour ne plus être dépendant de l'étranger.

Comment la France qui était le premier pays producteur de médicament il y a 15 ans n'est plus que le quatrième aujourd'hui? C'est à cette question qu'Olivier Bogillot, le président de Sanofi France a tenté de répondre ce matin sur BFMTV-RMC.

Et selon le patron du plus grand laboratoire français, c'est la politique industrielle qui est en cause. "Ce sont des choix faits il y a des années, assure-t-il. Les usines sont parties ailleurs. Or faire une politique de santé c'est aussi faire une politique industrielle. Chez Sanofi, nous avons maintenu un outil industriel avec 40 usines en Europe et 18 en France."

Selon le patron de Sanofi, "c'est la conséquence des économies à court terme" qui expliquent cette désindustrialisation. La Sécurité sociale pour réduire son déficit dérembourse certains médicaments et impose des baisses de prix aux fabricants de médicaments. Les fabricants vont donc se fournir à l'étranger où les coûts de production sont moins élevés. Notamment sur les principes actifs, les molécules principales des médicaments.

"Aujourd'hui 60 à 80% des principes actifs sont fabriqués en dehors de l'Union Européenne reconnaît Olivier Bogillot. Les chimistes européens sont partis se délocaliser à l'étranger ces dernières années. Nous allons en faire en sorte d'en relocaliser en Europe."

Le fabricant du Doliprane (dont les principes actifs sont eux aussi produits à l'étranger) a ainsi annoncé il y a quelques semaines une initiative afin de regrouper en Europe ses filiales qui produisent les principes actifs. Cette nouvelle entreprise deviendrait, selon Sanofi, numéro deux mondial des principes actifs pharmaceutiques, et pourrait être introduite en Bourse d'ici à 2022.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco