BFM Business

Le Forum économique mondial se tiendra finalement à Singapour en 2021

Le logo du Forum économique mondial de Davos en Suisse, le 18 janvier 2016

Le logo du Forum économique mondial de Davos en Suisse, le 18 janvier 2016 - FABRICE COFFRINI, AFP

D'abord annoncé à Lucerne au lieu de Davos, le Forum économique mondial délaissera finalement la Suisse pour se tenir à Singapour en mai prochain.

Le Forum économique mondial (WEF) se tiendra à Singapour en mai prochain plutôt qu'en Suisse, ont annoncé ce lundi ses organisateurs invoquant la situation sanitaire, l'ancienne colonie britannique apparaissant comme "le meilleur endroit" pour garantir la sécurité de ses participants.

Avec la pandémie de Covid-19, les organisateurs de cet événement qui réunit habituellement les grands décideurs politiques et économiques dans la station de ski chic de Davos avaient déjà repoussé sa date, du 13 au 16 mai, et non en janvier comme de coutume, mais aussi son emplacement, aux abords du lac de Lucerne.

Ils se sont finalement résolus à le tenir ailleurs qu'en Suisse pour la seconde fois seulement de son histoire. En 2002, le forum s'était tenu à New York, en signe de solidarité après les attentats du 11 septembre.

Retour à Davos en 2022

L'événement doit permettre de débattre des défis de la reprise après le choc économique déclenché par la pandémie, ont mis en avant ses organisateurs dans le communiqué. "Un sommet mondial des décideurs est d'une importance cruciale pour comprendre comment nous pouvons nous redresser ensemble", a déclaré Klaus Schwab, son fondateur et président, cité dans le communiqué.

Avec la crise sanitaire, les organisateurs avaient déjà changé une première fois son emplacement, prévoyant de le tenir aux abords du lac de Lucerne, sur les sommets du Bürgenstock, une montagne qui abrite un vaste complexe hôtelier de grand luxe. Il doit retrouver les montagnes de Davos en 2022, ont précisé les organisateurs.

Relativement moins touchée que ses voisins durant la première vague, la Suisse a enregistré une forte hausse des infections entre mi-octobre et début novembre, en particulier dans la région de Genève. Des mesures de restrictions, locales et non pas nationales comme durant la première vague, ont dû être réinstaurées en novembre.

P.L. avec AFP