BFM Business

Le chômage repart clairement à la baisse

Le nombre de demandeurs d'emploi a diminué de 0,5% en juillet, selon les statistiques de Pôle emploi. Depuis janvier, le nombre total d'inscrits a reculé de près de 75.000.

La nouvelle était tellement bonne que François Hollande a été tenté de l'annoncer prématurément. Une demi-heure avant l'heure de publication officielle des chiffres de Pôle Emploi, le président de la République se réjouissait de "la tendance à la baisse" du chômage, sans en dire plus.

Ce qui était évidemment un indice. Car le nombre de demandeurs d'emploi sans aucune activité, (la catégorie A, la plus scrutée) a bien reculé en juillet, de 19.100 inscrits, soit une baisse de 0,5%. Ce bon chiffre suffit à effacer les hausses de mai et juin, qui étaient respectivement de 9.200 et 5.400 demandeurs d'emploi.

Baisse du nombre de chômeurs de longue durée

Si les statistiques mensuelles ont encore tendance à faire des allers-retours entre le positif et le négatif, la tendance globale est, elle, clairement bonne. Notamment grâce aux bons mois de mars (-60.000) et avril (-19.900) dernier.

La ministre du Travail, Myriam El Khomri ne manque pas de le souligner. Dans son communiqué elle évoque "de bons résultats" et souligne que depuis janvier, le pays compte 75.000 demandeurs d'emplois de moins dans la catégorie A. Sur un an le chiffre est tout petit peu moins bon (-44.100).

Autre motif de satisfaction: la baisse du nombre de chômeurs de longue durée (plus de 12 mois d'ancienneté) qui recule de 0,7%. "Un résultat inédit depuis huit ans", insiste la ministre dans son communiqué.

L'impact du plan formation

Si la fameuse inversion de la courbe, à laquelle François Hollande a conditionné sa candidature en 2017, n'est donc pas encore officiellement actée, les chiffres vont plutôt en faveur du gouvernement.

Ils méritent toutefois d'être nuancés. Tout d'abord, si l'on prend l'ensemble des catégories (A,B,C, soit les chômeurs exerçant une activité réduite) le nombre de demandeurs d'emploi reste stable en juillet (+0,1%), essentiellement parce que le nombre de chômeurs travaillant un peu (la catégorie B) a bondi de 2,3%.

Ensuite, il convient de rappeler que le gouvernement a lancé son grand plan destiné à former 500.000 demandeurs d'emplois. Or lorsqu'il entre en formation, un chômeur n'est plus comptabilisé comme étant sans emploi. Ainsi, le nombre de personnes ayant quitté les catégories A, B et C parce qu'elles ont trouvé un stage a été de 88.000 entre mai et juillet. Soit 95% de plus que sur la même période de 2015.

L'OFCE estime que ce plan va avoir un impact significatif. L'institut économique table sur un taux de chômage de 9,5% à la fin 2016, soit une baisse de de 0,5 point par rapport au début de l'année. Le plan de formation du gouvernement, à lui seul, ferait baisser ce taux de 0,15%.

J.M.