BFM Business

La révolte du XXème siècle

-

- - BOYAN TOPALOFF

Quoi de commun entre un notaire et un vétérinaire, entre un pharmacien et un avocat, comment arrive-t-on à rassembler autant de professions, au-delà d’un statut "libéral": par l’angoisse partagée du monde qui change.

C’est sans doute à travers l’exemple des notaires que la perception est la plus forte. Allez faire un tour sur Twitter, vous trouverez une collection de comptes anonymes créés par de jeunes notaires diplômés dont l’ambition est bloquée par le statut des études notariales. Je ne veux pas faire là un dossier technique, simplement insister sur le sens profond de cette journée de grève: la révolte d’une génération, celle des baby-boomers au sens très large, qui n’en peut plus de porter la responsabilité de notre ruine et d’être accusée depuis des années d’avoir mangé le pain blanc de la nation. Rien ne vous exaspère plus que le qualificatif de "nanti", et pourtant, au regard de nos enfants, nous le sommes bel et bien.

20 ans qu’on en parle, il va bien falloir se résoudre à laisser croître et respirer les gamins qui poussent derrière. Car nous dire que l’on se mobilise contre la loi croissance d’Emmanuel Macron, c’est risible. Les notaires, à la rigueur (encore eux ) sont effectivement mis sous pression, mais les pharmaciens? Vous avez vu un projet de loi sur les pharmacies? Non, vous avez vu des pubs Leclerc. On fait grève contre des pubs? Cette mobilisation n’est pas économique, pas politique, elle est sociologique. C’est tous les fantasmes d’un monde insaisissable qui se retrouve derrière "l’ouverture du capital" des professions réglementées.

Stade ultime de la mondialisation qui a frappé les paysans, les ouvriers, les services et maintenant les avocats, les notaires, les médecins. Vous redoutez l’argent mondial qui viendrait s’investir. Mais de quoi au juste avez-vous peur? Puisque c’est l’histoire qu’on me raconte: vous pensez vraiment que l’on va passer sous droit anglo-saxon parce que les fonds de pension de Californie auront pris des parts dans une étude notariale du VIIIème arrondissement? Vous êtes sérieux? Et vous pensez qu’ils vont venir les fonds de pension de Californie? Bien sûr que non, vous savez que ça n’est pas raisonnable, et vous savez en même temps que votre système n’est plus tenable, qu’il craque partout, qu’il vous impose, parfois, des choix que vous n’auriez pas forcément faits.

Et puis la techno. On va la faire courte, mais depuis 10 ans que je suis pas à pas l’histoire des entreprises, j’ai vu les secteurs "tomber" les uns après les autres. "Jamais M. Soumier on ne vendra de … robes, lunettes, voitures, maisons, etc… (rayez la mention inutile) sur Internet ". Et puis si, bien sûr. Et là aussi, les professions réglementées sentent que c’est leur tour, que Google est là, derrière la porte, comme les profs d’université ont vu du jour au lendemain débarquer les MOOC, et compris que leur monde venait de basculer.

Faire grève contre tout ça? C’est dérisoire bien sûr. Mais on comprend le désarroi. Alors je ne sais pas si ça vous apaise si je vous dis que nous tous, tous les agents économiques, nous nous posons les mêmes questions que vous sur notre secteur. Qu’on est tous saisis par le même vertige. Mais que sauter dans le vide, pour le meilleur et pour le pire, n’est plus une option.

Stéphane Soumier