BFM Business

La Marine nationale commande 12 avions de surveillance pour 1,3 milliard d'euros à Dassault Aviation

Ces avions de surveillance et d'intervention maritime (AVSIMAR) sont destinés à remplacer la flotte vieillissante de 13 avions de surveillance maritime de la Marine,  prochainement retirés du service

Ces avions de surveillance et d'intervention maritime (AVSIMAR) sont destinés à remplacer la flotte vieillissante de 13 avions de surveillance maritime de la Marine, prochainement retirés du service - Dassault

Les trois premiers Falcon 2000 "Albatros" seront "made in France". Les suivants seront assemblés en Inde en compensation de la vente de 36 Rafale conclue avec New Dehli.

Le ministère des Armées a commandé à Dassault Aviation 7 avions de surveillance et d'intervention maritime (AVSIMAR) pour la Marine nationale, avec une option pour 5 autres à confirmer en 2025, a-t-on appris auprès du cabinet de Florence Parly.

Les trois premiers exemplaires de ces Falcon 2000 "Albatros" seront livrés en 2025, et le dernier en 2031 ou 2032, précise-t-on dans l'entourage de la ministre, qui annoncera ce contrat ce jeudi lors de la visite d'une usine de Dassault à Seclin (nord).

Ces AVSIMAR sont destinés à remplacer la flotte vieillissante de 13 avions de surveillance maritime de la Marine, prochainement retirés du service: 5 Falcon 200 basés à Tahiti et Nouméa et 8 Falcon 50 basés à Lorient.

Les trois premiers Falcon 2000 "Albatros" seront produits et assemblés en France. Mais "à partir du quatrième avion, la chaîne de montage sera transférée en Inde, au titre des 'offsets' (compensations) que Dassault Aviation doit réaliser en Inde" dans le cadre de la vente de 36 avions de combat Rafale conclue avec New Dehli, explique-t-on au ministère.

Trafic de stupéfiants, piraterie et pêche illégale

Le coût du programme, pour 12 appareils et leurs capteurs ainsi que la maintenance, s'élève à quelque 1,3 milliard d'euros, selon le ministère. Les sous-traitants incluent Naval Group (système d'information), Thales (radar de surveillance maritime) et Safran (boule optronique).

Six Falcon 2000 de surveillance maritime ont déjà été vendus au Japon, dont quatre ont déjà été livrés. La France espère par ailleurs signer des contrats export pour cet appareil avec la Finlande et la Nouvelle-Zélande.

Cette flotte de 12 Falcon 2000 "Albatros" "permettra d'avoir en permanence 7 aéronefs en action" au profit de la Marine nationale, affirme le cabinet de Mme Parly, en insistant sur les besoins grandissants de surveillance maritime, alors que l'OCDE prévoit d'ici 2035 un doublement du trafic maritime mondial, avec des risques accrus de pollution et d'accidents.

Les appareils seront également utilisés pour des missions de lutte contre le trafic de stupéfiants, la piraterie et la pêche illégale, qui représente chaque année "entre 10 et 25% de la pêche mondiale", d'après l'entourage de la ministre.

Le Falcon 2000 "Albatros" constitue "une réponse performante aux enjeux considérables de la protection et de la sécurité maritime du territoire et de l'action de l'Etat en mer", fait valoir Eric Trappier, PDG de Dassault Aviation. Selon lui, "il est dans l'ordre des choses que la France, qui possède le deuxième domaine maritime au monde, soit en pointe dans l'utilisation de ce type d'appareil".

PS avec AFP