BFM Business

L'accès à Venise bientôt payant pour les touristes?

L'accès au centre historique de Venise pourrait devenir payant pour les touristes.

L'accès au centre historique de Venise pourrait devenir payant pour les touristes. - ANDREAS SOLARO / AFP

Les autorités vénitiennes envisager de faire payer un droit d'entrée pour visiter la ville. Les touristes devraient débourser entre 3 et 10 euros par personne.

Faudra-t-il bientôt s'acquitter d'un droit d'entrée pour visiter Venise? Selon le quotidien italien La Stampa, les autorités vénitiennes envisagent de rendre payant l'accès à la cité des Doges. Concrètement, à partir de l'été 2022, les touristes seraient contraints de réserver un créneau à l'avance, de payer le droit d'entrée et de passer par des tourniquets situés aux principaux points d'accès du centre historique. Il faudrait débourser entre 3 et 10 euros par personne selon la période de l'année, précise le journal britannique The Times.

Cette taxe ne concernerait néanmoins que les visiteurs à la journée. Les habitants et leurs proches, les enfants de moins de six ans et les touristes logeant dans l'un des hôtels de la ville n'auraient pas à payer pour se rendre dans le centre historique.

L'objectif n'est pas de diminuer le nombre de visiteurs dans la ville, mais de lisser l'affluence parfois écrasante du tourisme de masse. "Nous ne pouvons pas fixer un quota maximum de visiteurs autorisés, la loi ne le permet pas. Mais grâce à une tarification flexible et dynamique, nous allons pouvoir conseiller aux touristes d'éviter certaines périodes, comme le Carnaval ou Pâques. Le montant a été volontairement fixé bas, car l'argent n'est pas le sujet", explique Simone Venturini, conseiller en charge du tourisme à la municipalité de Venise, dans une interview au Figaro.

30 millions de visiteurs

La ville italienne, qui accueille 30 millions de visiteurs chaque année, a échappé in extremis à son inscription sur la liste du Patrimoine mondial en péril dressée par l'Unesco, qui pointait du doigt les méfaits du tourisme de masse. Le gouvernement italien a ainsi annoncé cet été que les navires de croisières seraient désormais bannis des célèbres canaux. Les défenseurs du patrimoine et de l'environnement dénoncent depuis des années ces navires gigantesques qui menacent le fragile écosystème de la lagune et les fondations de son centre historique.

Jérémy Bruno Journaliste BFMTV