BFM Business

Jean-Baptiste Lemoyne: "Il faut aider les acteurs de l'Hôtellerie-restauration à passer cette phase très complexe"

Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'Etat chargé du Tourisme, était l'invité de la matinale de BFM Business ce mercredi. Il est revenu sur le prolongement du dispositif de chômage partiel à 100% pour les professionnels du secteur de l'hôtellerie-restauration.

"On considère qu'il vaut mieux préserver les emplois et les talents", a affirmé mercredi Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'Etat chargé du Tourisme, sur le plateau de Good Morning Business.

Bruno Le Maire a annoncé mardi la prolongation du dispositif de chômage partiel à 100% jusqu’au 31 décembre pour les hôtels, restaurants et bars. L'Etat a débloqué 3 milliards d'euros pour soutenir le secteur de l'hôtellerie-restauration. Par ailleurs, les entreprises contraintes de fermer pourront percevoir jusqu'à 10.000 euros par mois du Fonds de solidarité.

Le volet 1 du Fonds de solidarité actionné par l'Etat permet de pouvoir éponger un certain nombre de charges fixes. Sont éligibles les entreprises qui ont moins de 20 salariés, moins de deux millions d'euros de chiffre d'affaires", a précisé Jean-Baptiste Lemoyne.

Une réunion organisée le 12 octobre

Ces critères pourraient être élargis. Le 12 octobre, Bruno Le Maire réunira le comité interministériel du tourisme pour faire un point sur la situation économique du secteur. De nouvelles mesures pourraient être annoncées à l'issue de cette réunion.

Aujourd'hui, on est passé d'une phase de sauvegarde, à une phase de reprise cet été et là on est en train de retourner à une phase de sauvegarde. On voit que l'arrière saison n'est pas là et il faut aider les acteurs à passer cette phase très complexe ", a commenté le secrétaire d'Etat au Tourisme.

Cet été, les dégats ont été limités car les Français sont restés en France. "Les Européens ont joué le jeu mais les clientèles lointaines n'étaient pas là", a expliqué Jean-Baptiste Lemoyne.

Sur le premier semestre de l'année, on est à moins 50% de recettes touristiques internationales. Soit 12 milliards d'euros au lieu de 24 milliards", a indiqué le secrétaire d'Etat.

Des résultats qui restent meilleurs que ceux de nos voisins européens. En Espagne, il y aurait eu du moins 90% de recettes touristiques internationales et en Italie, moins 75%.

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech