BFM Business

Volkswagen redémarre plus vite que prévu

Grâce à un plan d'économies de 3 milliards d'euros, la marque estime pouvoir atteindre ses objectifs de rentabilité avec 3 ans d'avance.

Grâce à un plan d'économies de 3 milliards d'euros, la marque estime pouvoir atteindre ses objectifs de rentabilité avec 3 ans d'avance. - William WEST / AFP

La marque allemande avance de 3 ans ses objectifs de rentabilité, malgré les incertitudes et le poids des investissements à venir.

Est-ce l'heure du redressement pour Volkswagen? Après des mois de crise, au cœur du scandale du Dieselgate, la marque semble aller mieux, et donne des signes encourageants en termes de marge. Actuellement à 4%, elle devrait atteindre 6% au moins à horizon 2022, objectif que le groupe s'était auparavant fixé pour 2025. 

Trois ans d'avance qui ne seront pas de trop pour améliorer la santé financière du géant, toujours touché par les scandales précédents, mais qui tente d'avancer vite et efficacement sur l'automobile du futur. En 2026 en effet, le Groupe Volkswagen entend lancer sa dernière génération de moteurs thermiques avant d'embrayer définitivement sur l'électrique.

Investissements lourds mais profitables

Sur les 44 milliards d'euros d'investissements annoncés par le groupe, la seule marque Volkswagen va en concentrer 11 d'ici 2023 notamment pour l'électrification progressive de la gamme, l'hybridation et le zéro émission. Pour y parvenir, Volkswagen va profiter d'une plate-forme commune aux marques du groupe pour développer ses voitures électriques, ce qui permettra de limiter les coûts de recherche de développement. 

Les investissements accrus en Chine et aux Etats-Unis devraient également porter leurs fruits rapidement et dégager de la profitabilité. Sans compter des économies à prévoir grâce à une alliance à venir avec Ford, qui devrait là aussi pouvoir se chiffrer rapidement en termes d'économie de coûts.

Les menaces persistent

Economie de coûts, il en est question aussi du côté des usines allemandes du groupe, dont la marque Volkswagen va profiter. L'objectif est d'augmenter de 30% la productivité des sites de production, en regroupant au maximum la production de modèles sur les mêmes lignes de production. Un accord doit être signé avec les représentants du personnel maison, mais il semble que le processus soit en bonne voie. L'objectif étant d'économiser 3 milliards d'euros au total, en réduisant le nombre de finitions et de personnalisations possibles, et en optimisant ses achats de matières premières.

Du côté des analystes on est rassuré par ces annonces, même si la marque Volkswagen en elle-même est loin d'être tirée d'affaire. « La marque n'a pas encore tourné la page du Dieselgate et l'impact des procédures encore en cours est imprévisible », remarque l'un d'entre eux. « D'autre part, le passage aux nouvelles normes WLTP laisse à la marque un très important stock de véhicules invendus. Cela pourrait poser problème dans les mois à venir » ajoute-t-il.

Un point encourageant

La marque Volkswagen n'en a donc peut-être pas fini avec l'impact financier global de ces différentes affaires. « Cela étant, le fait que la marque puisse redresser sa rentabilité plus vite que prévu est un facteur encourageant, tant elle partait de loin. Et c'est un acquis vraiment précieux. Si les ventes redécollent dans les mois à venir, ce sera le signe que Volkswagen est en train de se sortir d'affaire » estime un observateur de l'industrie automobile. 

Le chemin de la reprise va donc être long, avec des menaces de toute part, guerre commerciale, mauvaise santé du marché chinois et marché européen qui peine à se redresser. Mais la marque Volkswagen semble avoir marqué un premier point encourageant dans sa volonté de reconquête et de transformation.