BFM Business

Vers la fin des barrières douanières entre Etats-Unis et Europe

L'Europe s'apprête à faire une avancée décisive pour la conclusion de l'accord de libre-échange avec les Etats-Unis.

L'Europe s'apprête à faire une avancée décisive pour la conclusion de l'accord de libre-échange avec les Etats-Unis. - -

96% des restrictions dans l'import vers l'Europe de biens provenant des Etats-Unis pourraient disparaitre lundi prochain. Des proches des négociations autour de l'accord de libre-échange l'ont affirmé, ce jeudi 6 février.

Bruxelles est prête à franchir une étape cruciale vers un accord de libre-échange entre Etats-Unis et Europe. L'Union européenne va proposer la levée des barrières douanières sur quasiment l'intégralité des produits importés d'Amérique, ont affirmé des responsables proches des négociations, ce jeudi 6 février.

La Commission européenne devrait l'annoncer lundi prochain, soit une semaine avant que le commissaire européen au Commerce, Karel de Gucht, rencontre le délégué américain au Commerce, Michael Froman, pour discuter de la mise en place de l'accord.

96% des barrières douanières existantes seraient levées par la Commission. Seuls les produits de biens jugés sensibles, comme le bœuf, le porc et la volaille, ne seront pas concernés. Et même dans ces cas-là, les quotas d'exportation des Etats-Unis pourraient être augmentés.

Les Démocrates américains menacent de faire blocage

Il y a deux jours, les Démocrates américains s'étaient prononcés contre une procédure accélérée pour adopter l'accord. Ils menacent d'amender de façon systématique le traité, si jamais un vote leur était imposé.

Des deux côtés de l'Atlantique, les partis de gauche s'inquiètent de voir les gouvernements perdre leur pouvoir régulateur sur les marchés. Karel de Gucht avait affirmé que les négociations étaient toujours en cours sur ces points.

D'après Bruxelles, l'accord permettrait de gagner 0,5% de croissance en Europe. Aux Etats-Unis, 740.000 emplois pourraient être créés, selon la fondation allemande Bertelsmann.

J.S avec Reuters