BFM Business

Trump menace General Motors

Donald Trump avait déjà pris à partie sur Twitter Boeing et Lockheed Martin

Donald Trump avait déjà pris à partie sur Twitter Boeing et Lockheed Martin - Jim Watson - AFP

Le président américain élu a prévenu le constructeur qu'il lui ferait payer "une lourde taxe frontalière" s'il ne se résout pas à produire ses véhicules aux États-Unis.

Donald Trump a menacé mardi d'imposer "une lourde taxe frontalière" au constructeur automobile américain General Motors, s'il ne fabriquait pas aux États-Unis les voitures qu'il y vend.

"General Motors livre des voitures Chevy Cruze, fabriquées au Mexique, à ses concessionnaires aux États-Unis sans payer de taxe. Fabriquez aux États-Unis ou payez une lourde taxe frontalière", a tweeté le président élu, qui prendra ses fonctions le 20 janvier.

L'Aléna remis en cause

Lors de la campagne électorale, Donald Trump avait critiqué les accords commerciaux négociés par ses prédécesseurs, qu'il accusait d'être responsables de la perte de millions d'emplois industriels aux États-Unis. Il avait notamment promis de dénoncer l'Accord de libre-échange nord-américain (Aléna), qui lie les États-Unis, le Canada et le Mexique.

C'est lui qui permet à General Motors de fabriquer au Mexique et d'importer aux États-Unis hors taxe.

J.M. avec AFP