BFM Business

Trump et Merkel ont discuté d'actions communes contre la Chine

Le président américain Donald Trump et la chancelière allemande Angela Merkel.

Le président américain Donald Trump et la chancelière allemande Angela Merkel. - Patrik Stollarz / POOL / AFP

Le président américain et la chancelière allemande ont échangé au téléphone ce mardi et ont "discuté de la possibilité d'unir leurs forces pour riposter contre les pratiques économiques déloyales de la Chine", selon la Maison Blanche.

Donald Trump et la chancelière allemande Angela Merkel ont évoqué mardi des actions communes pour contrer les pratiques commerciales de la Chine jugées "déloyales" et pour lutter contre le vol de la propriété intellectuelle.

"Le président Trump et la chancelière ont discuté de la possibilité d'unir leurs forces pour riposter contre les pratiques économiques déloyales de la Chine et contre le vol de la propriété intellectuelle", a indiqué la Maison Blanche dans un communiqué.

Cette déclaration intervient alors que l'Union européenne est en discussions avec Washington pour obtenir une exemption permanente des taxes américaines de 25% sur les importations d'acier et de 10% sur celles d'aluminium. 

Le ministre de l'économie allemand Peter Altmaier avait fait le déplacement à Washington la semaine dernière pour plaider la cause de l'UE qui a depuis obtenu une exemption jusqu'au 1er mai.

Dans un entretien téléphonique séparé avec le président français Emmanuel Macron, Donald Trump a également discuté mardi des échanges commerciaux entre les Etats-Unis et l'Union européenne ainsi que "des prochaines étapes pour s'attaquer aux pratiques commerciales illégales de la Chine", selon un autre communiqué de la Maison Blanche.

Réduire le déficit américain avec la Chine de 100 milliards de dollars

L'administration Trump a nettement durci ces dernières semaines sa politique commerciale avec Bruxelles et Pékin, en imposant des taxes sur l'acier et l'aluminium tout en menaçant plus spécifiquement la Chine de taxes supplémentaires à hauteur de 60 milliards d'importations.

Elle entend s'attaquer au déficit commercial des Etats-Unis avec le reste du monde, estimant que les biens importés sont souvent illégalement subventionnés. Dans le cas de la Chine, Donald Trump exige du géant asiatique qu'il diminue son excédent avec les Etats-Unis de 100 milliards de dollars. Les Etats-Unis font face à un colossal déficit commercial avec Pékin (375,2 milliards de dollars en 2017).

Mais ces mesures ont déclenché des menaces de représailles tant de l'UE que de la Chine. Bruxelles a dressé une liste de dizaines de produits américains qui pourraient être sanctionnés dont les emblématiques Harley-Davidson, les jeans Levi's ou encore le beurre de cacahuètes et les oranges. La Chine a elle identifié pour 3 milliards de dollars de produits américains qu'elle pourrait viser.

La commissaire européenne au Commerce, Cecilia Malmström, avait toutefois lors d'une visite dans la capitale américaine la semaine dernière également pointé du doigt les surcapacités de la Chine en matière de production d'acier.

J.-C.C. avec AFP