BFM Business

Trump approuve la vente d'un bouclier anti-missiles à l'Arabie saoudite

-

- - smdc.army.mil

Washington a approuvé vendredi la vente d'un bouclier anti-missile fabriqué notamment par les constructeurs américains Lockheed Martin et Raytheon à Ryad.

Les États-Unis ont approuvé la vente d'un bouclier anti-missile Thaad à l'Arabie Saoudite pour 15 milliards de dollars, a annoncé vendredi le département d'État.

"Cette vente fait avancer les intérêts de sécurité nationale et de politique étrangère des États-Unis et, à long terme, la sécurité à long terme de l'Arabie saoudite et de l'ensemble du Golfe face aux menaces de l'Iran et d'autres", a précisé le ministère américain des Affaires étrangères dans un communiqué.

Cette annonce intervient au lendemain de la signature d'un accord préliminaire entre Ryad et Moscou ouvrant la voie à l'achat de systèmes russes de défense anti-aérienne S-400, ainsi qu'à leur production dans le royaume saoudien, allié traditionnel des États-Unis.

15 milliards de dollars

Le bouclier anti-missile Thaad (Terminal High-Altitude Area Defense), fabriqué notamment par les groupes américains Lockheed Martin et Raytheon, est conçu pour détruire les missiles balistiques de portée moyenne ou intermédiaire dans leur dernière phase d'approche en s'écrasant contre eux. Dans la région, il équipe déjà les systèmes de défense du Qatar et des Émirats arabes unis.

L'Arabie saoudite souhaitait acheter 44 lance-missiles Thaad, 360 intercepteurs de missiles, 16 stations de contrôle et 7 radars. C'est un des systèmes de défense anti-missile les plus performants au monde et la Chine a protesté après son déploiement en Corée du Sud début septembre. Le département d'État a souligné qu'il conseillerait au Congrès d'approuver cette vente car elle "ne modifiera pas l'équilibre des forces dans la région".

Des responsables américains s'exprimant sous le couvert de l'anonymat ont précisé que le montant de 15 milliards de dollars que représente cette vente, qui pourra être finalisée si le Congrès ne s'y oppose pas dans les 30 jours, fait partie des 110 milliards de dollars d'armement que le président, Donald Trump, avait promis à l'Arabie Saoudite en mai.

N.G. avec AFP