BFM Business

Taxes douanières aux États-Unis: pas d'exceptions prévues

Wilbur Ross, secrétaire au Commerce.

Wilbur Ross, secrétaire au Commerce. - Mandel Ngan - AFP

Wilbur Ross, secrétaire américain au Commerce, affirme qu'aucun pays ne devrait être exempté des taxes sur les importations d'acier et d'aluminium.

Aucun pays ne devrait être exempté des taxes douanières qui seront imposées par l'administration américaine sur les importations d'acier et d'aluminium ont affirmé deux responsables américains, minimisant l'impact que cette mesure pourrait avoir sur le reste de l'économie. "Je ne l'ai (Donald Trump) pas encore entendu décrire des exemptions particulières", a déclaré Wilbur Ross, secrétaire américain au Commerce, sur la chaîne ABC.

"Il y aura une procédure d'exemption pour des cas particuliers où nous avons besoin d'exemptions pour que le commerce puisse aller de l'avant, mais pour l'instant, pas d'exemption de pays" de ces mesures, a déclaré Peter Navarro, conseiller du président pour le Commerce sur CNN. Un responsable américain avait déjà indiqué vendredi dernier, sous couvert d'anonymat, que l'intention du président Trump d'annoncer la semaine prochaine des taxes de 25% sur les importations d'acier aux États-Unis et de 10% sur celles d'aluminium était "une décision générale qui ne souffrira pas d'exemption".

Le conseiller de Donald Trump, Peter Navarro, a également rejeté l'idée que ces taxes douanières pourraient affecter l'économie américaine en général: "Il n'y a pas d'effets en aval ici", a-t-il répondu, interrogé sur les risques que cette décision pourrait avoir sur des millions d'emplois.

"Une décision forte, courageuse"

Même son de cloche du côté du secrétaire américain au Commerce: "Le montant total des tarifs que nous allons imposer est d'environ 9 milliards par an, c'est une fraction de 1% de l'économie. Donc l'idée que ça détruirait beaucoup d'emplois, augmenterait les prix, bousculerait les choses, est fausse", a martelé Wilbur Ross.

Interrogé sur le Canada, premier fournisseur d'acier aux États-Unis, Peter Navarro n'en a pas démordu: "Si vous exemptez le Canada, alors vous devez imposer de gros, gros tarifs sur tous les autres" pays. Le président "a entendu toutes les parties et a pris sa décision. Une décision forte, courageuse et je pense que c'est la bonne décision", a encore estimé le conseiller de Donald Trump pour le commerce, sur l'imposition de forts tarifs douaniers.

Une décision qui a créé un tollé international. Theresa May, Première ministre britannique en a parlé directement à Donald Trump par téléphone dimanche: "La Première ministre a fait part de notre profonde préoccupation à l'annonce imminente du président (américain) sur les tarifs sur l'acier et l'aluminium", a précisé son service de presse. L'intention annoncée par le président Trump de relever les tarifs douaniers sur les importations d'acier et d'aluminium a fait poindre le risque d'une guerre commerciale et provoqué des réactions indignées de nombreux partenaires commerciaux des États-Unis, de l'Union Européenne au Canada, en passant par la Chine.

D. L. avec AFP