BFM Business

SPD : à gauche toute !

Andrea Nahles, la chef du SPD, en conférence de presse à Berlin le 11 février pour dévoiler le nouveau programme social du parti.

Andrea Nahles, la chef du SPD, en conférence de presse à Berlin le 11 février pour dévoiler le nouveau programme social du parti. - ODD ANDERSEN / AFP

En Allemagne, les sociaux-démocrates tournent le dos aux années Schröder. Le SPD vient de dévoiler un programme très à gauche afin d'enrayer sa chute dans les sondages et se préparer en vue d'élections importantes. Un programme guère compatible avec celui mis en place avec les conservateurs d'Angela Merkel.

C'est un virage à gauche toute pour le SPD. Les sociaux-démocrates allemande a présenté ce dimanche à Berlin un programme clairement ancré à gauche et qui vient tourner la page des années Schröder. La direction du parti tient les réformes libérales mises en place par l'ancien chancelier au début des années 2000, responsables de sa déconfiture dans les sondages.

Un programme ancré à gauche

Hausse du salaire minimum d’environ 9 euros actuellement à 12 euros, hausse des indemnités pour les chômeurs chargés de famille, prolongation de la période d'indemnisation pour les plus de 50 ans figurent parmi les principales mesures adoptées par les sociaux-démocrates, le tout financé notamment par la hausse des impôts des plus hauts revenus.

Ces mesures n'ont en tout cas aucune chance d'être mises en place par le gouvernement, dont le SPD est l’un des piliers, puisqu'elles ne figurent pas dans le contrat de coalition signé avec les conservateurs d'Angela Merkel en mars 2018.

Donner au SPD un « profil social clair »

Ce programme vise surtout, de l’aveu même de sa chef Andrea Nahles, à « repositionner le SPD » et lui donner le « profil social clair » réclamé notamment par son aile gauche, à commencer par les jeunesses socialistes, les « Jusos » du charismatique Kevin Kühnert : « Le combat contre la logique du système Harz (du nom du ministre du Travail à l’origine des réformes de Gerhard Schröder), a toujours été le combat des Jusos » s’est-il félicité sur son compte Twitter.

L’objectif de ce programme est de reconquérir l'électorat en vue d'élections importantes cette année. Le 26 mai, d’abord, auront lieu les élections européennes mais aussi les élections municipales dans dix des seize Länder du pays. Ensuite, à la rentrée, auront lieu des élections régionales, dans trois Länder de l'Est : Saxe, Brandebourg et Thuringe. Dans les sondages, le SPD arrive pour l'instant derrière les écologistes (Die Grünen) et est au coude à coude avec le parti d'extrême-droite AFD.

Vers une sortie de la coalition ?

Mais pour certains observateurs, ce virage à gauche pourrait augurer d'une prochaine sortie du SPD du gouvernement, ce qui signifierait donc l'implosion de la Grande coalition. Angela Merkel aurait alors la difficile tâche de trouver d’autres partenaires pour former un nouveau gouvernement. La formation de la coalition actuelle avait duré plus de quatre mois.