BFM Business

Qui sont les nouveaux entrepreneurs?

Les nouveaux entrepreneurs venus des pays émergents sont en train d'éclipser les Américains.

Les nouveaux entrepreneurs venus des pays émergents sont en train d'éclipser les Américains. - jlcwalker-flickr-cc

Le patron d'entreprise type aujourd'hui est plus jeune que ses aînés lorsqu'il crée son entreprise, et vient plutôt de Chine que des Etats-Unis, où il gagne plus d'argent, plus vite, selon une étude parue ce 6 novembre.

A l'instar des très visibles et dynamiques entrepreneurs du numérique, comme Xavier Niel et Jacques-Antoine Granjon, qui se lancent à l'assaut des Etats-Unis, le créateur français d'entreprise s'internationalise petit à petit, selon une enquête de BNP Paribas et Scorpio, parue ce 6 novembre.

Réalisée auprès de 2.500 entrepreneurs fortunés cumulant 19,2 milliards de dollars de richesse, elle dresse le portrait-robot, entre autres, de l'entrepreneur français. Il a en moyenne 33 ans lorsqu'il crée sa boîte. Il investit une grande part de sa fortune dans son entreprise (26%, soit un point de plus que la moyenne mondiale).

Des Français peu ambitieux

Il est très riche, plus que les autres Européens, voire même les Américains. Il est finalement presque aussi riche que les Chinois, à 8,2 millions de dollars. En moyenne, la fortune des entrepreneurs mondiaux atteint 7,6 millions de dollars.

Pourtant, il a les ambitions d'enrichissement les plus basses de toutes les nationalités d'entrepreneurs prises en compte par l'étude. Il vise ainsi 3,9 millions de dollars de création de fortune contre 6,2 millions pour les Chinois, les plus ambitieux de l'étude.

Il investit aussi peu dans les start-up créées par d'autres que les autres entrepreneurs mondiaux, mais en attend moins de rendement (22% contre 27,7% de moyenne mondiale).

Moins d'héritiers entrepreneurs

Au niveau mondial, le fait saillant de l'étude est que les Etats-Unis ne sont plus la fabrique à entrepreneurs. La Chine est première, suivent Hong Kong et la Turquie. La Grande-Bretagne et les USA n'arrivent que 7e et 8e, derrière l'Inde et Singapour.

Les entrepreneurs émergents sont d'ailleurs en train de devenir des icônes comme ont pu l'être Bill Gates et Steve Jobs. A l'instar de Jack Ma, le truculent patron du géant chinois du web Alibaba.

Ces entrepreneurs venus des émergents sont par ailleurs plus jeunes. Globalement, ils se lancent 10 ans plus tôt que leurs aînés. Ils partent plus "from the scratch", quand leurs prédécesseurs étaient plus souvent des héritiers.

Ils sont enfin plus ambitieux: ils projettent d'accroître leur fortune plus et plus vite. Ils sont en même temps plus réticents que leurs aînés à la réinvestir. Seul 9% de leur richesse est allouée à leur activité de business angel, c'est-à-dire de sponsoring de projets extérieurs. Ils en attendent en revanche de très forts rendements : près de 28% en moyenne. 

N.G.