BFM Business

Progression des ventes d'armes, une autre façon de voir la fin du monde...

Interpol tente de réguler le trafic d'armes

Interpol tente de réguler le trafic d'armes - -

Le nombre d’armes vendues augmentent chaque année. Pourtant, les guerres, elles, diminuent. Ce sont les particuliers qui s’équipent de plus en plus.

Ce vendredi 21 décembre 2012 serait apocalyptique. Certes, il s’agit de la 183ème annonce recensée, selon Slate, et il d’autres dates sont déjà prévues (mai 2014 "la vengeance du diable", 2029 lorsqu’un astéroïde s’écrasera sur la Terre, ou encore à l’arrivée du 112ème pape, Benoît XVI étant le 111ème... ), mais certains restent convaincus que l’humanité pourrait quand-même prendre fin aujourd’hui.

Et si ce n’est pas aujourd'hui dans un déluge de feu et de souffre, cela pourrait être demain par les armes. La vente d’armes, en tous cas, augmente dans le monde de manière inquiétante.

Entre 2002 et 2011, le volume des transferts internationaux d’armes classiques lourdes a progressé de 24%, selon les chiffres de Sipri (Institut international de recherche sur la paix de Stockholm). Le total mondial des dépenses militaires est estimé à 1738 milliards de dollars en 2011, ce qui représente 2,5% du produit domestique brut mondial, soit 249 dollars par personne.

Mais les dépenses devraient, en réalité, être beaucoup plus élevées. En effet, en 2011, seuls 51 États ont soumis un rapport à l’Instrument international normalisé des Nations unies de publication de l’information relative aux dépenses militaires (contre 81 en 2002).

Une augmentation qui s’expliquerait par la hausse du nombre de guerres? Par forcément. "La hausse des ventes d’armes n'est pas due à l'augmentation du nombre de guerres car en fait ces dernières ont diminué au niveau interétatiques", souligne Patrice Bouveret de l’Observatoire des armements.

Dans un communiqué, les Nations Unies notent, en effet, que " moins de nouvelles guerres se déclenchent et de nombreuses guerres de longue date prennent fin", comme le montre cette infographie du département de recherche de la paix et du conflit de l’Université Uppsala.

En revanche, "ce qui a augmenté ce sont les conflits internes dans un pays comme par exemple en Syrie, ou les guérillas", souligne Patrice Bouveret.

De plus, "l'augmentation provient essentiellement de l'amélioration des armes sur un plan technologique qui font que les systèmes d'armement sont de plus en plus chers. Un des principaux éléments de la course aux armements est la course aux perfectionnements technologiques conduisant à des armes de plus en plus sophistiquées, de plus en plus performantes également".

10 millions d'armes en circulation en France

Par ailleurs, une autre tendance alarmante qui pourrait être annonciatrice de la fin du monde: la hausse des ventes d’armes aux particuliers.

Aux Etats-Unis, depuis 2007, celles-ci ont progressé de 5,7% par an. 270 millions d’armes à feu sont en circulation dans le pays, ce qui représente 89 armes pour 100 personnes, selon l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime. Mais les Etats-Unis ne sont pas les seuls gros détenteurs d’armes à feu.

En effet, en France, bien que la détention d’armes soit bien plus réglementée et que cela soit difficilement recensable, il y aurait 31 armes pour 100 habitants.

Mis en place en septembre 2004, Agrippa (application nationale de gestion du répertoire informatisé des propriétaires et possesseurs d'armes) recensait fin 2008 plus de trois millions d'armes en France (2 147 849 armes déclarées et 1 016 185 armes soumises à autorisation). Mais comme certaines armes de catégories 5 et 6 (armes blanches) et 7 et 8 (armes historiques et de collections) sont en ventes libres, ce chiffre pourrait atteindre 10 millions, selon le syndicat des armuriers. D’après Small Armes Survey, la France arrivait en 12ème position, en 2007, en nombre d’armes par personne.

Interpol a beau essayer de surveiller la circulation d’armes, il est difficile de savoir si leur nombre progresse en France ces dernières années.

Pourtant, cette question alerte l'opnion. En 2008, le sénateur Philippe Richert avait demandé des statistiques sur la détentions d'armes.En 2010, l'Assemblée nationale a publié un rapport sur "les violences par armes à feu et l’état de la législation". Cela a donné lieu à une proposition de loi, qui a elle-même fait l'objet d'un rapport de la commission des lois le 3 novembre 2010.

En 2008, le Syndicat des armuriers faisait état de 80 000 armes vendues par an. "Le nombre d'armes vendues est en forte baisse en France. Les ventes ont nettement baissé depuis 1993, date d'une harmonisation européenne qui a conduit à retirer de la vente certaines armes, comme des fusils à pompe".

Idem pour les morts par armes à feu. Impossible d'avoir des réponses claires sur le sujet. Les données disponibles se résument essentielles à un rapport analysant les décès par armes à feu durant la période 1995-1999: le rapport du CepiDc/Inserm qui fait état de 2607 décès en 1999.

Quant à savoir par quelle arme à feu, nous avons le plus de risque de mourir, il semblerait que la Kalachnikov soit la plus vendue... "Outre celles produites par les Russes, ils ont également vendu de nombreuses licences dans beaucoup de pays sans compter les productions clandestines", rappelle Patrice Bouveret.

Les dépenses militaires mondiales en 2011

> 1300 milliards d'euros

> 310 milliards d'euros de ventes d'armes

> 73 milliards d'exportations d'armes (+4%)

Diane Lacaze