BFM Business

Prix Nobel de la paix: les dirigeants de l'Union européenne s'auto-congratulent

Angela Merkel et François Hollande se sont félicités de l'attribution du Nobel de la Paix à l'Union européenne.

Angela Merkel et François Hollande se sont félicités de l'attribution du Nobel de la Paix à l'Union européenne. - -

L'attribution du prix Nobel de la paix à l'Union européenne a donné lieu à un festival de réactions de la part de ses dirigeants.

Les principaux dirigeants européens ne se sont pas privés de se féliciter de l'attribution du Nobel de la paix à l'Union européenne.

Le prix est une "reconnaissance" du travail de l'Union "pour la réconciliation, la démocratie, la promotion des droits de l'Homme et l'élargissement de la zone de paix et de stabilité sur le continent", selon Catherine Ashton, représentante de l'UE pour les Affaires étrangères.

Les pays de la région sont parvenus "à surmonter la guerre et les divisions" pour "former ensemble un continent de paix et de prospérité", a affirmé le président du Conseil de l'UE Herman Van Rompuy.

L'attribution du prix est "un grand honneur pour l'Union européenne", a-t-il ajouté, à l'instar du président de la Commission, José Manuel Barroso.

"Les valeurs de dignité humaine, de liberté, de démocratie, d'égalité, le respect de l'Etat de droit et des droits de l'Homme sont absolument fondamentaux pour l'Union européenne", a insisté le président du Parlement européen, Martin Schulz.

La chancelière allemande Angela Merkel y a vu un "encouragement" à ce "grand projet pacificateur" et, pour la présidence française, le Nobel "confère à l'Europe une responsabilité encore plus grande, celle de la préservation de son unité, de la capacité à promouvoir la croissance et l'emploi, et de la solidarité à l'égard de ses membres".

"L'UE est un magnifique projet, c'est une surprise, mais l'Europe est un magnifique projet. C'est magnifique, magnifique!", s'est enthousiasmée la directrice générale Fonds monétaire international (FMI) Christine Lagarde.

Un message d'espoir dans un contexte européen pourtant difficile. La crise de la zone euro génère de vives dissensions au sein du vieux continent. Notamment entre les pays du Nord qui resistent et les pays du Sud qui s'enfoncent dans la recession. Pour preuve: le climat de vives tensions dans lequel s'est déroulée la visite de la chancelière allemande Angela Merkel cette semaine en Grèce.

Mais pour le président du Comité Nobel, ces difficultés doivent justement encourager l'Union Européenne à consolider tout ce qui a été fait depuis plus d'un demi-siècle. Et surtout à avancer.

BFMbusiness.com et AFP