BFM Business

Pourquoi Hollande va au Mexique

François Hollande et le ministre mexicain des affaires étrangères, Antonio Meade, le 10 avril 2014.

François Hollande et le ministre mexicain des affaires étrangères, Antonio Meade, le 10 avril 2014. - -

Le président français se rend au Mexique pour deux jours. Il va tenter de renouer des liens commerciaux distendus depuis l'affaire Cassez. Or la seconde économie d'Amérique Latine offre de belles opportunités.

François Hollande se rend en visite d'Etat au Mexique pour deux jours, à partir de ce jeudi 10 avril, à l'invitation du président Enrique Pena Nieto. L'objectif du chef de l'Etat français est de donner un nouvel élan aux relations entre les deux pays, mises à mal par l'affaire Cassez.

La France souhaite accroître les échanges et investissements avec la 2ème économie d'Amérique latine, une économie en plein boom.

Signe qui ne trompe pas: Laurent Fabius, le ministre des affaires compte nommer un représentant spécial au Mexique. Celui-ci aura pour mission d'améliorer les échanges commerciaux dans un pays qui devrait afficher plus de 3% de croissance cette année.

L'essor du PIB est dopé notamment par la construction. Un secteur en plein boom cette année après les deux cyclones qui ont traversés le pays l'an dernier.

Libéralisation du marché du pétrole

Le voisin des Etats-Unis va aussi bénéficier de l'accélération attendue de l'économie américaine, dont il est très dépendant. Le Mexique y dirige plus des trois quarts de ses exportations, dont un quart, 22%, de matières premières.

Justement, Mexico veut réduire sa dépendance au pétrole. Ce secteur est nationalisé depuis 1938, mais le gouvernement souhaite désormais associer les entreprises étrangères à la production, qui ne cesse de baisser. Un marché intéressant pour les majors françaises.

Pour la France, il s'agira d'amplifier le redoux des relations. En 2013, les échanges commerciaux franco-mexicains se sont élevés à 3,9 milliards d'euros en 2013, soit 14% de plus par rapport à 2012.

Delphine Liou