BFM Business

Pour DSK, Merkel "est le seul dirigeant fort en Europe"

Dominique Strauss-Kahn lors de son audition au Sénat, en juin dernier.

Dominique Strauss-Kahn lors de son audition au Sénat, en juin dernier. - -

Lors d'une conférence en Corée du Sud, ce jeudi 31 octobre, l'ancien patron du FMI a taclé les actuels dirigeants européens, "désormais plus capables de régler les problèmes". Il a également douché tout espoir d'une reprise de la croissance.

Dominique Strauss-Kahn n'est pas tendre avec les dirigeants européens. Participant ce jeudi 31 octobre à Séoul à une conférence sur le leadership, l'ancien président du FMI a estimé que "plus personne ne croit que les Européens sont capables de régler les problèmes", selon des propos rapportés par le site du Figaro.

Même Angela Merkel ne trouve pas complètement grâce à ses yeux: "Elle est le seul dirigeant fort en Europe, mais les Allemands ne veulent pas assumer le leadership européen, pour des raisons historiques. Et tous les autres sont incapables de prendre des initiatives", argue DSK, ajoutant que les chefs d'état européen "se cachent derrière la BCE".

Une croissance faible "pendant de longues années"

Quant à ceux qui espèrent une reprise de la croissance, l'ancien ministre de l'Economie et des Finances a coupé court à leurs espoirs: "nous allons avoir une faible croissance qui ne crée pas d'emplois, pendant de longues années, jusqu'à ce que cela conduise à des problèmes sociaux et politiques", avec à la clef "un scénario cauchemardesque" et la montée du populisme.

"Personne ne peut croire à cette image rose-bonbon. Le débat est centré sur plus ou moins d'austérité alors que le véritable enjeu est la compétitivité", a-t-il ajouté.

DSK avait déjà tenu des propos provocateurs, lorsqu'il était auditionné par le Sénat français pour son expertise sur l'économie mondiale, le 26 juin. "Incriminer la finance a pour moi la même pertinence qu’incriminer l’industrie automobile quand on parle des morts sur la route", avait-il affirmé alors.

J.M.