BFM Business

Multilatéralisme: des économistes estiment que les Européens doivent "reprendre la main"

Le Cercle des économistes estime que les Européennes doivent "reprendre la main" dans la "réorganisation du monde" qui s'opère, alors que les instances multilatérales créées au lendemain de la Seconde guerre mondiale ne parvient plus à régler les conflits.

Reconstruire l'Europe, mettre en place une stratégie d'accueil des demandeurs d'asile et recréer de la cohésion sociale... Le monde économique réuni à Aix-en-Provence a présenté dimanche une série de propositions pour refonder le "multilatéralisme" et donner naissance à "un monde apaisé".

"Depuis quelques mois, un air mauvais souffle sur le monde", qui a remis en cause "l'idée même que le multilatéralisme est le vecteur naturel de règlement de nos conflits", constate le Cercle des économistes dans sa déclaration finale, publiée à l'issue de trois jours de rencontres économiques organisées dans la cité provençale.

Face à ce "mouvement irrépressible", "seules de nouvelles formes de dialogue, de nouveaux acteurs comme ce fut le cas pour la COP21, permettront de se sortir de cet engrenage dangereux", ajoute-t-il dans ce message à l'adresse des dirigeants français et étrangers.

Que l'Europe "fédère des pays volontaires"

Pour cela, le Cercle des économistes propose tout d'abord de "fédérer un ensemble de pays volontaires(...) au sein d'une initiative, impulsée par l'Europe" chargée de "maintenir un dialogue au niveau mondial et de représenter un poids suffisant face aux nations qui le remettent en cause, notamment les États-Unis".

"Nous devons, nous, Européens, reprendre la main" pour "être présents dans la réorganisation du monde, la réorganisation de la gouvernance mondiale", a insisté le président du Cercle des économistes, Jean-Hervé Lorenzi, en concluant les rencontres.

Pour reconstruire l'UE, les économistes préconisent également de "consolider les dispositifs financiers et fiscaux existants", notamment en finalisant l'union bancaire, en faisant monter en puissance le Mécanisme européen de solidarité (MES) et en renforçant sa politique de la concurrence, avec une régulation adaptée qui sanctionne plus fermement les monopoles.

Ils proposent par ailleurs de "créer au sein d'un groupe de pays volontaires une procédure d'asile européen avec un droit d'asile commun, une agence commune et une protection commune des frontières".

Au sujet de l'Afrique, ils jugent nécessaire de "lancer un plan décennal de financement des infrastructures concernant principalement l'eau, l'énergie et la formation".

Afin de recréer de la cohésion sociale en France, le Cercle des économistes appelle enfin à relancer la mixité sociale à l'école, à maintenir et rendre automatique la prime d'activité, et à suivre les recommandations du rapport Senard-Notat sur l'objet social de l'entreprise.

J.-C.C. avec AFP