BFM Business

Mitt Romney accuse Barack Obama "de mettre les Etats-Unis sur la route de la Grèce"

Obama prend l'avantage sur Mitt Romney lors de ce deuxième débat

Obama prend l'avantage sur Mitt Romney lors de ce deuxième débat - -

Le candidat républicain a accusé l'actuel président d'avoir laisser la dette nationale s'envoler. Barack Obama réplique en attaquant Mitt Romney sur sa politique économique inégalitaire.

Quand la crise de l’euro s’invite dans l’élection présidentielle américaine. Lors du deuxième débat entre les deux candidats majeurs, le Républicain Mitt Romney s’en est violemment pris à la politique budgétaire de Barack Obama : "il a dit qu'il réduirait de moitié le déficit, au lieu de cela il l'a doublé. Nous sommes passés d'une dette nationale de 10 000 milliards de dollars à une dette nationale de 16 000 milliards de dollars Cela nous met sur la route de la Grèce", a-t-il attaqué.

En retour, Barack Obama a assuré que les réductions d’impôts voulues par Mitt Romney favoriseraient les plus riches et coûteraient 8 000 milliards de dollars. "Maintenant, Mitt Romney dit qu'il veut être sûr que cela ne creuse pas le déficit et qu'il veut couper les impôts de la classe moyenne, mais quand on lui demande comment il compte faire (pour ne pas augmenter la dette, ndlr) il ne peut pas le dire", tacle Barack Obama.

Obama plus pugnace

Et de rappeler, au passage, que Mitt Romney lui-même ne paye des impôts qu’à hauteur de 14% de ses revenus.

Barack Obama a fait jouer le même argument lorsque son adversaire lui a reproché de ne pas avoir réduit le chômage et a assuré avoir un plan en cinq points. L’actuel président a alors déclaré que "Mitt Romney a un programme qui ne tient pas en cinq point mais en un seul : s’assurer que les plus aisés puissent jouer avec des règles différentes".

D’ailleurs Barack Obama a globalement semblé plus pugnace que lors du premier débat. Ne serait-ce que par contraste avec leur première joute orale, il a cette fois pris l'avantage dans cette seconde rencontre. Il ressort ainsi globalement vainqueur de ce deuxième débat.

Julien Marion et AFP