BFM Business

Mistral: aucune date de livraison, selon la France

Un Mistral, comme celui-ci, devrait partir pour la Russie. (Illustration)

Un Mistral, comme celui-ci, devrait partir pour la Russie. (Illustration) - Franck Perry - AFP

D'après le vice-Premier ministre russe, la France devrait livrer ce premier porte-hélicoptère le 14 novembre. Mais pour le constructeur DCNS, aucune date de livraison n'a été "confirmée à ce stade".

Le Mistral français va-t-il, oui ou non, bientôt être livré à la Russie? Le vice-Premier ministre, Dmitry Rogozine, chargé du complexe militaro-industriel russe, a annoncé, ce 29 octobre, qu'un premier porte-hélicoptère Mistral devrait être livré par la France le 14 novembre.

La société "Rosoboronexport (chargée de l'exportation des armes russes) a reçu une invitation pour le 14 novembre à Saint-Nazaire où se trouvent 360 marins russes (...) pour la remise à la Russie du premier navire, le Vladivostok et la mise à l'eau du second", a déclaré Dmitry Rogozine, cité par les agences de presse russes.

Il a ajouté que le second exemplaire du porte-hélicoptères commandé par son pays serait mis à l'eau le même jour.

Pourtant, le constructeur vient d'annoncer qu'aucune date de livraison n'a été "confirmée à ce stade". "Suite aux récentes informations publiées concernant la livraison éventuelle du premier BPC à la Fédération de Russie, DCNS précise qu'il est en attente des autorisations gouvernementales d'exportation nécessaires pour la réalisation d'un transfert", a-t-il déclaré à l'AFP. "Aucune date de livraison ne peut donc être confirmée à ce stade"

Pression des partenaires de la France

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, avait déclaré le 28 octobre que François Hollande prendrait sa décision sur cette livraison controversée dans le "courant du mois de novembre".

Le président français avait annoncé le 3 septembre dernier que les conditions n'étaient pas réunies pour livrer ce navire de guerre en raison des "actions" de Moscou en Ukraine. Plusieurs partenaires de la France, Etats-Unis en tête, ont fait pression sur elle pour la dissuader de livrer ces deux "bâtiments de projection et de commandement" (BPC).

Le premier d'entre eux devait initialement être livré en octobre et 400 marins russes se forment depuis le 30 juin à sa manoeuvre dans le port de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique). Moscou a commandé deux exemplaires du navire, construits par les chantiers navals français de STX, pour un montant de 1,2 milliard d'euros.

D. L. avec agences