BFM Business

Malgré ses promesses, Donald Trump continue d'alourdir la dette des Etats-Unis

-

- - -

Le président américain a décidé de reporter à 2035 son objectif d'élimination du déficit fédéral. Bien loin des dix ans annoncés lors de l'installation du milliardaire à la Maison Blanche... Il faut dire que le déficit et la dette du pays ont explosé ces dernières années.

Et si le déficit devenait le boulet de Trump à dix mois de l'élection présidentielle? Comme affirmé par le Washington Post, la Maison Blanche a reconnu lundi que l'objectif du zéro déficit ne sera atteint qu'en 2035, alors que l'administration Trump l'avait annoncé pour 2028 à l'arrivée au pouvoir du nouveau président américain.

Si les Républicains avaient fait de la lutte contre le déficit un cheval de bataille pendant le mandat de Barack Obama, son successeur peine à faire baisser la facture. Le déficit devrait ainsi dépasser les 1000 milliards de dollars en 2020, soit près du triple du montant annoncé en 2018 (456 milliards).

Non seulement les recettes ont diminué, en raison des baisses d'impôts consenties par Donald Trump, mais le budget a aussi globalement augmenté (de plus 700 milliards de dollars) par rapport à 2018 pour atteindre 4,8 milliards de dollars en 2021. En regard des exercices fiscaux 2019 comme 2020, le président américain a dû faire des concessions aux Démocrates pour valider son budget, axé sur des dépenses miliaires. Et ce sera probablement encore le cas l'année prochaine.

Résultat, le déficit budgétaire explose. Selon les prévisions 2020-2030 du Bureau du budget du Congrès américain, le déficit fédéral dépassera donc 1000 milliards de dollars en 2020 et devrait encore augmenter pour dépasser 1500 milliards de dollars en 2030. Le déficit représentera 4,6% du PIB en 2020 et devrait grimper à 5,4% en 2030, sauf changements sur le plan fiscal ou sur les dépenses.

Conséquence directe, la dette prend des ampleurs impressionnantes. Elle s'élève à 23.223 milliards de dollars au 31 janvier 2020, en augmentation constante depuis 20 ans. 

Si la vigueur du dollar préserve le pays de toute difficulté financière, le contrôle des dérapages budgétaires est une question centrale aux Etats-Unis. Ce lundi, Donald Trump a donc annoncé des baisses drastiques sur les aides américaines aux pays étrangers pour le budget 2021 (de 55,7 milliards de dollars à 44,1 milliards). Une proposition, déjà refusée par les Démocrates l'année dernière, qui devrait donc enclencher un nouveau bras de fer politique, en plein année électorale.

Des coupes dans certaines agences, comme celle pour l'environnement ou dans certains programmes éducatifs sont aussi prévues.

Thomas Leroy