BFM Business

Les Britanniques pourront-ils visiter l'Europe cet été ?

La Grèce fait partie des destinations les plus prisées par les vacanciers britanniques.

La Grèce fait partie des destinations les plus prisées par les vacanciers britanniques. - Vassilis Psomas - AFP

Londres a placé sur "une liste orange" les destinations européennes les plus prisées par les touristes britanniques, comme l'Espagne, la France ou la Grèce.

Lorsque l'on parle des vacances d'été au Royaume-Uni, la confusion règne. Boris Johnson a été contraint mercredi de défendre les restrictions fixées par son gouvernement, accusé par l'opposition de donner des instructions contradictoires en ouvrant les frontières tout en déconseillant à la population de partir en vacances à l'étranger, à l'exception de quelques rares destinations. "Nous essayons de cesser de légiférer sans fin pour tout et de nous appuyer sur des recommandations en demandant aux gens de faire ce qui est juste", a-t-il rétorqué.

Depuis lundi, les restrictions liées aux déplacements à l'étranger, mises en place pour éviter l'importation de cas et de variants du coronavirus, sont assouplies. Le gouvernement a mis en place un système classant les pays en trois listes – verte, orange et rouge – en fonction de la situation sanitaire sur place. Seuls quelques-uns d'entre eux, comme le Portugal, l'Islande, Israël ou l'Australie, sont placés sur "liste verte", ce qui permet aux vacanciers de ne pas observer de quarantaine et de n'effectuer qu'un seul test de dépistage à leur retour.

Or, la plupart des destinations prisées des vacanciers britanniques, comme l'Espagne, l'Italie, la France et la Grèce, se trouvent sur la liste orange, obligeant les voyageurs en provenance de ces pays à passer dix jours en quarantaine chez eux et à subir deux dépistages payants. Selon un calcul du quotidien The Independent, environ 5 millions de vacanciers britanniques auraient déjà réservé des séjours dans des pays de la liste orange pour la saison estivale (soit jusqu'à la fin du mois d'octobre). Pour la liste verte, ce serait 450.000 personnes au Portugal et quelques dizaines de milliers pour les autres destinations.

Menace du variant indien

Interrogés par différents médias ces derniers jours, des ministres ont exprimé des avis différents sur la possibilité de se rendre ou non dans des destinations placées sur la liste orange. Boris Johnson a assuré que les consignes étaient "très claires". Selon lui, "vous ne devriez pas vous rendre dans un pays figurant sur la liste orange, sauf dans des circonstances extrêmes, comme la maladie grave d'un membre de votre famille". De quoi modifier les prévisions de The Independant? Selon le quotidien, beaucoup de vacanciers britanniques pourraient finalement se reporter sur le Portugal.

Pays le plus meurtri d'Europe avec près de 128.000 morts, le Royaume-Uni a vu sa situation sanitaire nettement s'améliorer après un long et strict confinement hivernal et une campagne de vaccination – 70% des adultes ont reçu une première dose. Cela a poussé le gouvernement à maintenir sa feuille de route en matière de déconfinement, malgré des récentes poussées du variant initialement détecté en Inde, dans le Nord-Ouest de l'Angleterre et dans certains quartiers de Londres. Mais le nouveau variant "indien" a depuis atteint l'Angleterre et risque de repousser la réouverture totale de l'économie.

Jérémy Bruno avec AFP Journaliste BFMTV