BFM Business

Les autorités américaines se mobilisent face à la marée noire

Barrages flottants pour protéger une petite île au large de la Louisiane de l'afflux de nappes de pétrole. Le gouvernement américain a intensifié ses efforts pour éviter une catastrophe écologique alors que l'énorme marée noire s'approche du delta du Miss

Barrages flottants pour protéger une petite île au large de la Louisiane de l'afflux de nappes de pétrole. Le gouvernement américain a intensifié ses efforts pour éviter une catastrophe écologique alors que l'énorme marée noire s'approche du delta du Miss - -

par Chris Baltimore HOUSTON - Le gouvernement américain a intensifié ses efforts pour éviter une catastrophe écologique alors que l'énorme marée...

par Chris Baltimore

HOUSTON (Reuters) - Le gouvernement américain a intensifié ses efforts pour éviter une catastrophe écologique alors que l'énorme marée noire dans le golfe du Mexique flirte avec le delta du Mississippi et menace le littoral de la Louisiane et de trois autres Etats.

La marée noire s'est formée après l'explosion, la semaine dernière, d'une plate-forme pétrolière. Le flot de pétrole qui s'échappe du puits off-shore foré pour le compte de BP s'est révélé jeudi cinq fois plus important qu'on ne le pensait, soit 5.000 barils par jour, selon l'Agence océanique et atmosphérique nationale (NOAA).

Le président Barack Obama s'est engagé jeudi à "utiliser toutes les ressources du pays" et l'armée américaine était mobilisée pour limiter la catastrophe qui menace l'industrie de la pêche et du tourisme en Louisiane, Mississippi, Alabama et Floride.

Le gouverneur de Louisiane Bobby Jindal, dont l'Etat se remet à peine du passage de l'ouragan Katrina en 2005, a décrété l'état d'urgence face à cette "menace contre les ressources naturelles de l'Etat". Il a par ailleurs demandé au département de la Défense des fonds pour déployer jusqu'à 6.000 soldats de la Garde nationale en vue des opérations de nettoyage.

La nappe de pétrole se trouvait jeudi soir à 5 km d'une réserve naturelle située au coeur des marécages au bord du delta du Mississippi. La nappe pourrait endommager considérablement la zone dont le nettoyage pourrait se révéler difficile, ont prévenu des experts.

La secrétaire à la Sécurité intérieure, Janet Napolitano, a estimé qu'il s'agissait "d'une marée noire d'ampleur nationale", une mesure qui permet d'utiliser des ressources d'autres régions. "Nous allons continuer à demander à BP la réaction la plus ferme possible", a-t-elle ajouté.

Obama a souligné de son côté que BP serait in fine responsable du financement des opérations de nettoyage, une annonce qui a plombé le titre de la compagnie britannique et des autres compagnies impliquées dans le projet. L'action BP a perdu 10% depuis l'accident du 20 avril.

PAUSE DANS LE FORAGE ?

La marée noire pourrait en outre avoir des conséquences sur le débat parlementaire et sur les projets du président en ce qui concerne l'allégement du moratoire sur les forages off-shore.

Selon les premières indications, la catastrophe pourrait être plus grave encore que celle de 1969 au large de Santa Barbara qui a entraîné l'adoption du moratoire qu'Obama envisage d'alléger.

Son administration n'exclut pas d'exiger une pause pour obtenir des garanties de sécurité de la part des compagnies pétrolières qui exploitent des gisements en eaux profondes.

Craignant un "désastre écologique et économique", le sénateur démocrate de Floride Bill Nelson a pour sa part déjà annoncé le dépôt d'une proposition de loi pour interdire provisoirement tout nouveau forage.

L'US Navy a fourni des barrages flottants et sept systèmes de pompage aux garde-côtes, qui, épaulés par BP, ont déployé ce que la firme a qualifié d'opération anti-marée noire la plus importante de l'histoire. Des moyens aériens sont également mobilisés.

"Nous stratégie consiste à barrer la marée noire le long des côtes du Mississippi, de l'Alabama et de la région sud de la Floride", explique Steve Poulin, capitaine de la garde-côte à Mobile, Alabama, qui ajoute qu'un demi-million de barrages flottants et de barrières de protection sont entreposés le long du rivage, prêts à être déployés.

Après l'échec de plusieurs missions menées à l'aide d'engins robotisés pour tenter de combler la fuite, BP et les garde-côtes ont décidé mercredi de procéder à des "incendies contrôlés" pour limiter la croissance de la nappe. BP mise désormais sur la mise en place d'un couvercle sous-marin sur le forage mais l'installation devrait prendre un mois.

On ignore à quel point l'industrie de la pêche dans le golfe sera affectée. Mais les éleveurs de crevettes de Louisiane ont engagé mercredi une action de groupe pour négligence contre BP, Transocean et Halliburton Energy Services qui, selon les documents judiciaires, participait au projet.

Jean-Philippe Lefief et Marine Pennetier pour le service français, édité par Henri-Pierre André