BFM Business

Le "tsunami" économique sur Singapour donne une première idée de l'ampleur de la crise mondiale

-

- - -

Souvent considéré comme le "canari dans la mine", censé prévenir le coup de grisou, la cité-Etat a donné les premières estimations de sa récession, qui pourrait bien être la pire depuis l'indépendance. De mauvais augure pour le reste du monde.

Le produit intérieur brut (PIB) de Singapour s'est contracté de 2,2% au premier trimestre sur un an sous l'effet de la crise du coronavirus, un signe des dégâts que la pandémie devrait causer dans l'économie mondiale, alors que l'économie de la cité-Etat fait figure de baromètre des échanges.

Il s'agit de la pire performance du PIB singapourien depuis la crise financière de 2008. Par rapport au trimestre précédent, l'économie singapourienne s'est réduite de 10,6%, d'après les chiffres avancés par le ministère du Commerce qui a révisé à la baisse sa prévision pour l'ensemble de l'année. 

"Le Covid-19 est comme un tsunami qui s'abat sur les côtes de Singapour", a observé Selena Ling, cheffe de la recherche et stratégie pour la banque OCBC.

La pire contraction depuis 2009

Singapour, l'un des premiers pays à publier un indicateur économique pour le premier trimestre, est comparé à un "canari dans une mine de charbon" car son économie, l'une des plus ouvertes au monde, est souvent la première à montrer des signes de faiblesses en cas de crise.

Les données du premier trimestre de Singapour traduisent la pire contraction depuis 2009, en pleine crise financière mondiale, quand le pays d'Asie du Sud-Est avait connu sa dernière récession. Et le ministère du Commerce a révisé la baisse attendue du PIB pour l'année dans une fourchette de -1% à -4%, contre -0,5% et -1,5% prévus précédemment.

Ces chiffres trimestriels du PIB sont des estimations avancées. Ce qui signifie que le gouvernement pourrait être amené à publier des données actualisées à l'issue du trimestre.

Nouveau plan de relance

Le ministre des Finances Heng Swee Keat a annoncé dans la foulée un nouveau stimulus de 48 milliards de dollars singapouriens (33 milliards de dollars), portant à 55 milliards de dollars singapouriens au total les sommes allouées par le gouvernement pour maintenir à flots le hub financier.

Le ministre des Finances a estimé que Singapour se dirigeait vers la pire récession depuis son indépendance en 1965.

"La façon dont Singapour gérera cela, et s'il émerge plus fort, va nous définir comme peuple et comme nation", a-t-il déclaré devant le Parlement.

Contrecoup de la guerre commerciale

Les confinements et autres mesures destinées à éviter la propagation du coronavirus imposés par de nombreux pays ont porté un coup important à l'économie mondiale qui pourrait s'enfoncer dans une longue période de récession, avertissent des experts.

Et la cité-Etat, à la fois hub aérien, carrefour commercial et place financière clé en Asie, apparaît comme l'une des premières à souffrir quand les échanges mondiaux sont paralysés, d'autant qu'elle avait déjà encaissé l'impact de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine.

Singapour a pris des mesures drastiques pour contenir la propagation du virus, en interdisant son territoire aux non-résidents y compris pour le transit aérien cette semaine. La cité-Etat déclare 631 cas de personnes infectées par le Covid-19, dont deux décès.

TL avec l'AFP