BFM Business

Le shutdown a-t-il favorisé les naissances?

Si les lieux publics (musées, ...) étaient fermés pendant le shutdown, les Américains ne sont pas restés inactifs pour autant.

Si les lieux publics (musées, ...) étaient fermés pendant le shutdown, les Américains ne sont pas restés inactifs pour autant. - -

En octobre, la quasi-totalité des administrations américaines avait fermé et les fonctionnaires avaient été contraints de rester chez eux une quinzaine de jours. Neuf mois plus tard, les maternités américaines connaissent une forte hausse de leur activité.

L'activité des maternités de Washington est en forte hausse ces jours-ci. Certains hôpitaux observent près d'un tiers de naissances en plus par rapport à l'an dernier. Et le Washington Post s'interroge sérieusement : le shutdown imposé aux administrations américaines en octobre 2013 aurait-il généré un babyboom ?

Souvenez-vous du 1er au 16 octobre dernier, la quasi-totalité des administrations américaines avait fermé en raison d'un désaccord sur le budget. Le fameux shutdown. 800.000 fonctionnaires fédéraux -dont bon nombre habitent à Washington- étaient restés chez eux pendant 15 jours.

Moins de 1,4 enfant par femme

Neuf mois après, les maternités locales font le plein avec une hausse de 32% des naissances par endroit. Sur le Washington Post, une jeune maman témoigne : "malgré le stress de cette période, j'ai passé de très bons moments et je me suis relaxée". Décontraction visiblement favorable aux câlins, tout comme les fêtes de fin d'année, la pleine lune ou une mauvaise météo.

Un babyboom qu'il faut toutefois relativiser car au niveau national, le taux de natalité américain est toujours à son plus bas avec moins de 1,4 enfant par femme.

Par ailleurs, cet épisode rappelle celui de New York en 1966, neuf mois après une gigantesque panne d'électricité, un pic de naissance avait bien été rapporté dans certaines maternités mais des études plus globales avaient prouvé ensuite que le taux de natalité était resté stable par rapport à l'année précédente.

Elisabeth Hu