BFM Business

Le port de Beyrouth, poumon économique du Liban

-

- - BFM Business

Le port de la capitale libanaise, dévasté par les explosions qui ont fait plus d'une centaine de morts, est la principale porte d'entrée des marchandises dans le pays.

C'est l'une des principales portes d'entrée des marchandises au Liban. Containers, automobiles, gaz, pétrole, céréales, bétail: le port de Beyrouth, avec ses quatre bassins, s’étend sur plus d'un 1.2 kilomètre carré. Chaque année, ce sont 1.3 million de containers qui sont chargés et déchargés au moyen de 13 grues et de 39 portiques. Un complexe majeur pour les grands transporteurs mondiaux, en particulier CMA CGM qui y assure 30% des volumes.

Le port de la capitale libanaise, dévasté par les explosions violentes et meurtrières qui ont fait plus d'une centaine de morts et des milliers de blessés, dessert en effet plus de cinquante routes maritimes, entre l'Europe, la Chine, l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient. À titre d'exemple, 80% des céréales qui sont consommées au Liban transitent par les quais de Beyrouth. Ses silos à grains permettaient de stocker plus de 120 000 tonnes de céréales – après l'explosion, tout a été soufflé.

L'un des plus grands ports de Méditerranée orientale

Aux côtés de Port-Saïd, porte d'entrée maritime de l'Egypte voisine au débouché du canal de Suez, le port de Beyrouth est l'un des plus grand du bassin oriental de la Méditerranée. D'autant que ses infrastructures sont aussi essentielles pour les opérations militaires dans la région, car son bassin numéro 4 est le seul capable d'accueillir des navires de haut tonnage.

Avec 8 millions de tonnes de marchandises échangées chaque année, les infrastructures du port de Beyrouth apparaissaient de plus en plus sous-dimensionnées. Des travaux d’extension étaient envisagés pour y accueillir davantage de marchandises, notamment la ferraille et le bétail.

Jean-Baptiste Huet